Tout savoir sur la V6 ou Va’a Ono avec Miguel Herrero du Club Va’a Hui

Que ce soit en solo ou en équipe Miguel Herrero a été, en dix ans de rame, de toutes les formes de pirogues et de toutes les compétitions. Fidèle à la marque de pirogues hawaiiennes Woo depuis la rencontre avec son fondateur Guy Ringrave alors qu’il ramaient ensemble à l’Aviron Bayonnais Pirogue, “Mig” est aussi le président et le moteur du club Va’a Hui à Anglet, dont la célèbre pirogue, la Shark Kamanu V6 est stationnée à quelques centaines de mètres des locaux de la marque française. Nous partons aujourd’hui à la découverte d’une discipline très exigeante, le V6, qui fait appel avant tout à un esprit d’équipe, chose rare dans les sports de pagaies.

Salut Miguel, peux-tu te présenter et nous parler de toi et de ta passion pour la pirogue ?

Je m’appelle Miguel Herrero, j’ai 50 ans et 3 enfants, une vie bien remplie entre autres par la pirogue même si elle prend moins de place ces dernières années… Une passion dans laquelle je suis tombé par hasard suite à une opération du genou qui a mis un terme à une autre passion qu’est le rugby. J’ai fait beaucoup de kayak étant ado, de la course en ligne et je cherchais à retrouver un sport de rame, on m’a orienté vers l’aviron bayonnais pirogue qui sortait de sa victoire à la Porquerollaise. Ça a tout de suite matché, j’y ai rencontré des rameurs expérimentés (Mercandalli, BBr, FX Guerin, Didier Vavasseur, Damien Troquenet…) et prêts à partager avec le nouveau. C’est surtout là que j’ai fait la connaissance de Guy Ringrave (Woo owner) et Rico Leroy qui ont ensuite beaucoup compté pour moi et dans nos projets communs.

Quelle est ton histoire avec la marque Woo Outrigger et Guy Ringrave son fondateur ?

J’ai commencé à ramer en V6 (la fameuse CRC ciel et blanc de l’Aviron Bayonnais), Guy Ringrave ramait avec nous à l’aviron bayonnais. Il m’a dit “commence par acheter une rame!” et il m’en a vendu une. Ensuite j’ai essayé l’OC1 API KAI développé par Woo et très vite j’ai investi pour être autonome et m’entraîner. Guy Ringrave, Rico Leroy, WOO … ça a été mon époque découverte de la pirogue en conditions de mer formée, parfois même très formée ! On utilisait la Downwind machine, un bateau avec des portants qui nous dropait à 20 km au large par des gros coups d’ouest, et nous faisait la sécu sur l’eau pendant qu’on rentrait en surfant. On prenait beaucoup de plaisir et nous étions à l’affût des coups de vent annoncés pour organiser des navettes. Notre pratique était très fréquente, toutes les occasions de ramer au portant étaient bonnes ! WOO en la personne de Guy Ringrave a très largement contribué au développement de ce sport en France et au-delà. Personnellement j’ai fait confiance à la marque en achetant 5 x OC1 en dix ans, tous les modèles. Guy était mon ami, mon équipier de V6 (Team VA’A HUI) et mon compagnon de jeu sur l’eau. Sa disparition m’a beaucoup touché. Ce n’est plus pareil sans lui, il me manque beaucoup. Je garde un oeil bienveillant sur son bébé Woo et je n’ai pas de doute quant à la réussite de sa fille Fanny et de cette belle équipe !

Au centre de gauche à droite: Damien Troquenet (casquette blanche), Rico Leroy, Guy Ringrave et Miguel Herrero

C’est quoi une V6 ou Va’a Ono?

La V6 est une discipline à part entière. Tu prends des rameurs individuels et souvent individualistes et tu te fixes l’objectif d’en faire un équipage. C’est un sport collectif avant tout, tu viens ramer POUR et non avec le groupe. Chacun son rôle à bord, chaque rameur sait ce qu’il a à faire et assume ses responsabilités. Quand le groupe fonctionne alors tu peux t’amuser aussi bien dans les downwind sous les thermiques du soir ou sur une course majeure qui te colle plus de 5 heures sur l’eau ! La rame en équipe procure un sentiment différent, quand tu gagnes des courses avec des conditions de mer éprouvantes et au terme d’un beau combat avec tes concurrents, tu serres tes gars contre toi à l’arrivée et tu te délectes à refaire la course autour de quelques bières. Quand ça fonctionne ça devient un TEAM, on se connaît tous, on anticipe nos réactions, on prend soin les uns des autres… et on aime ramer ensemble.

Parle-nous de ton club Va’a Hui ?

VA’A HUI … une belle aventure humaine qui démarre fin 2013, avec quelques rameurs issus de l’Aviron Bayonnais et des copains de la MED, on décide de monter un groupe pour ramer … problème: pas de pirogue ! Alors on emprunte l’OC6 Mirage de l’asso TURBOMECA grâce à Stephan Kashnitz en échange de renfort pour faire tourner l’asso. A ce moment là même le nom VA’A HUI n’existe pas et encore moins le SHARK, la KAMANU V6.

L’idée folle tombe en janvier 2014, Guy RINGRAVE propose de fabriquer la KAMANU 2 alors qu’elle n’est même pas sortie à HAWAII !

4 mois plus tard avec Rico et Guy qui se font envoyer les plans, un groupe de 12 rameurs au total, l’aide financière de nos partenaires historiques TECMATEL, AREMIAG, CVSI EA, des centaines d’heures en atelier, des kilos de lattés, carbone et résine … on sort une pièce-mère en latté, on tape le moule dessus et la KAMANU 2 N° 1 naîtra en avril 2014. Derrière tout va très vite, on gagne le sélectif de Palavas, on fait 2 à la VENDÉE, gagne la MONOI, 2 à la PORKO, vainqueur de la coupe de France 2014 et vice-champions de France. A l’époque on se tire la bourre avec le CKCL les Sables, Toulon, Baie de Somme, Méduse, Belharra.

VA’A HUI qui arrive sur les courses, super pirogue, équipements, rameurs entraînés … et une image BAD BOY qui nous amusait beaucoup.

L’aventure envoie la moitié du groupe à Tahiti pour la Hawaiki Nui, j’en fais partie … c’est un autre monde. Cette course est magique, c’est le graal !
On fera une saison 2015 moyenne, tôlée à la VENDÉE ou on fait 6ème (le fiasco 2015 avec la première étape bouclée en 7h40 et annulée …)  et 3ème à la PORKO… Rico LEROY nous quitte pour Lacanau, Damien Troquenet mute à la MEDUSE avant de partir à Tahiti. La génération de compétiteurs se disloque et nos ambitions s’éteignent.

Les trois années suivantes, on rame quand on est 5 ou 6 … pour le fun et uniquement pour ça. Pas de compétition, pas de préparation …
2019 on décide de reformer le groupe, Guy RINGRAVE motivé comme jamais, on recrute de nouveaux rameurs, des jeunes 🙂 puis cet accident tragique d’avril 2019 ou Guy disparaît. On fera quand même la Porquerollaise en pensant à lui.

Aujourd’hui nous voulons relancer ce groupe, mais en l’associant au Biarritz Sauvetage Côtier qui héberge nos licences, recruter des rameurs, faire des images pour nos partenaires et prendre du plaisir sur l’eau.

Quelle est, pour toi, la part de “mana” polynésien dans la culture pirogue ?

Le Mana polynésien … perso je ne suis pas tahitien, ça ne signifie rien pour moi mais je comprends que ça puisse être important pour certains. Je n’ai jamais fait la prière d’avant course, avec Guy ça nous faisait sourire de voir comment les rameurs “métro” paraissaient transcendés…. c’est de la provocation, pardon … bad boy un jour …

Comment est organisé le circuit français de V6 et quelles sont les épreuves principales dans le monde ?

Le circuit V6 français est sous pavillon FFCK, sélectif national à courir pour aller au Championnat de France. Les courses majeures sont la VENDÉE VA’A, la Porquerollaise, la Monoï, le Fort Boyard Challenge et bientôt la Cordouan pourrait en devenir une.

Quels conseils donnerais-tu à un paddler qui a envie de s’y mettre ?

Mes conseils pour un paddler souhaitant se mettre à la V6 ? laisse ton égo de côté, tu rames pour un TEAM, attends toi à te faire du mal à bord et peut être, je te le souhaite, tu connaîtras des moments de BIG FUN !

Pour plus d’informations sur Woo Outrigger, rendez-vous sur :
www.woo-outrigger.com
www.facebook.com/woooutrigger
www.instagram.com/woo_outrigger/

Pour plus d’informations sur la Team Va’a Hui
www.facebook.com/vaahui
www.instagram.com/vaa_hui/

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only