Guide du stand up paddle au Sénégal par Antoine Leroux

Guide du stand up paddle au Sénégal par Antoine Leroux

Antoine Leroux sera notre stand up paddle guide pour ce premier stop sur le continent africain, au Sénégal plus précisément. Cet amateur des produits de la marque française Gong, dévoile ses secrets pour vous accompagner dans la préparation d’un séjour paddle dans l’ouest de l’Afrique.

Présentation d’Antoine notre guide pour la destination SUP Sénégal

Je m’appelle Antoine, j’ai 47 ans et j’ai atterri au Sénégal il y a 3 ans pour des raisons professionnelles. Je travaille sur l’inclusion financière pour une banque. A mon arrivée, j’avais dans mes bagages un SUP gonflable, modèle Gong Couine Marie 9’ que j’avais acheté l’été précédent. Avant d’arriver, j’étais skieur l’hiver et windsurfeur l’été mais le SUP surf m’a permis de ne pas trop ressentir de manque et de compenser avec son coté complet, à la fois physique et adrénaline. J’ai tout de suite été attiré par le potentiel de SUP surf dans la région de Dakar et j’y ai consacré beaucoup de mon temps libre. Les débuts en période hivernale n’ont pas été faciles avec une houle conséquente mais la fréquence des sorties a fait le reste et m’a permis d’apprivoiser les différents spots. Pas un week-end sans vagues.. mais impossible de ne pas goûter au reef et à ses oursins à la moindre erreur sur la vague ou sortie approximative de l’eau…

Destination Sénégal

Le Sénégal se situe en Afrique Subsaharienne, tout à l’ouest du continent. L’accès est facile avec 2 vols directs quotidiens de 5h30. Bon à savoir, avec la compagnie Air France il est possible de transporter un SUP de moins de 3m sans supplément dans un des bagages en soute autorisés. Côté climat, il y a 350 jours de soleil sur Dakar où se trouvent la majorité des spots, donc il vaut mieux une bonne crème solaire et un chapeau dans les bagages… De fin juin à décembre, l’eau est chaude, plus de 28°, et permet de surfer en boardshort et l’hiver, une 3/2 permet d’affronter une eau qui ne descend jamais à moins de 19°. La presqu’île de Dakar, également appelée presqu’ile du Cap Vert, offre une géographie quasi à 360° qui permet de capter toutes les orientations de houle. On trouvera majoritairement des spots de reef sur la côte ouest, des bancs de sables et des grandes plages au nord. Du coup ces derniers sont plus adaptés aux débutants ou intermédiaires, même si à marée basse, les vagues peuvent devenir bien creuses.

 

Peux-tu nous détailler ton quiver ?

Mon quiver est un mix de board rigides et de gonflables de chez Gong. Côté rigide, j’ai :

Côté gonflable, je dispose de :

Enfin, côté pagaie, j’utilise une Gong Mix 100% et une Gong Pro 7’’ en surf et une pagaie carbon pro 8’’ 100% réglable en race/downwind.

Ma compagne utilise également un surf mini malibu Acydolly 8’, et également un surf gonflable en 8’ également qui est de tous les voyages. Je viens également de m’équiper d’une wing et d’un foil pour découvrir ces nouveaux supports mais j’attends le montage du boitier foil sur la Mob 7’6 pour me lancer. L’équipe Gong a donné toutes les côtes et instructions de modifications à l’atelier Tribal surf pour le montage.

La communauté des pratiquants de SUP à Dakar

A Dakar, le stand up paddle devient de plus en plus populaire, notamment en mode touring pour découvrir les îles du Siné Saloum et la mangrove. Cela permet de couvrir de belles distances, de passer dans des bolongs (ndlr : chenal) étroits et de découvrir la faune et la flore avec un impact minimal. La position debout est un avantage par rapport au kayak. Le Siné Saloum est un delta mais aussi un parc naturel classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2011. Ses centaines de kilomètres de circuits qui serpentent dans la mangrove en font l’endroit idéal pour se perdre en SUP. Du vécu ! Le SUP race démarre tout juste, notamment grâce au club Secret bay de la Somone qui organise 2 courses par an, en longue distance comme en Sprint et même une technical race cette année. La Somone est une réserve naturelle où l’on trouve au même endroit une belle droite souvent facile pour les débutants mais qui peut parfois devenir redoutable et tubulaire en cas de grosse houle de nord-ouest et vent offshore. La lagune est parfaite pour une grande balade en SUP dans la mangrove au milieu de pélicans, hérons et autres martin-pécheurs.

On est assez peu à fréquenter les spots de surf en paddle, une petite communauté, même si de plus en plus de locaux s’y mettent et avec un niveau souvent rapidement impressionnant. La variété des spots fait que l’on est rarement plus de 2 en SUP, voir plus souvent seul, ce qui facilite la cohabitation avec les surfeurs. La Sénégal est le pays de la Terranga (accueil dans la langue locale, le Wolof) et ça se vérifie en SUP surf. Au-delà de Dakar, c’est encore moins fréquenté et à une heure route de Dakar, il n’est pas rare de surfer seul plusieurs heures sur des vagues qui ne demandent qu’à être partagées. Quand je reviens l’été dans le sud-ouest, je suis de plus en plus effrayé par le monde à l’eau et le manque de tolérance qui règne dans l’eau.

Peux-tu nous guider côté spots de SUP surf au Sénégal ?

Il y a 2 saisons pour le surf. L’hiver est propice aux belles houles de nord/nord ouest, avec des conditions glassy/offshore sur les spots orientés ouest. L’eau n’est jamais vraiment très froide, min 18 à 19°, on surfe en 3/2 mm et on met des chaussons plus pour les oursins que pour le froid. L’été, que l’on appelle ici hivernage à cause des pluies de mi-juillet à fin septembre est une période intéressante pour ceux qui ont un niveau intermédiaire. Le pays est plus vert, les spots sableux du nord fonctionnent bien et saturent moins que l’hiver, Ngor est plus accessible, plus glassy et prend bien les houles de sud. L’eau dépasse souvent les 29° alors que c’est l’Atlantique ! Cet été nous avons été particulièrement gâtés avec de très belles statistiques de vagues. Seul bémol, la qualité d’eau est moins bonne qu’en hiver à cause des pluies et des déchets charriés dans la mer lors des forts orages.

Sur les spots de la côte Ouest, principalement sur les spots de Vivier Droit et Secret, sans barre à passer, j’utilise de plus en plus la Gong Fatal pro 7’3 avec laquelle je commence à être à l’aise. Les vagues sont puissantes, le surf court et intense et sa compacité combinée à sa légèreté sont idéales pour exploiter aux mieux ces vagues de reef. Ces 2 spots marchent à marée basse/mi marée mais du coup avec assez peu d’eau (moins d’1 mètre) et beaucoup de rochers et d’oursins. La gauche de Vivier à l’inverse marche mieux à marée haute.

Sur le spot mythique et la droite de Ngor,  vague popularisé par le film Endless Summer, j’utilise souvent la Gong SUP NFA 9’ où son coté longboard permet une vitesse de déplacement appréciable pour se décaler quand nécessaire et facilite le take off sur les vagues longues, épaisses et souvent impressionnantes de ce spot situé à flanc de rochers. A surfer de marée haute à mi-marée en se faisant déposer en pirogue dans la passe. Ambiance garantie.

Sur les spots situés au Nord, comme Viragz et  Yoff, ils fonctionnent mieux entre juin et novembre, je surfe souvent avec la Gong SUP 7’6 MOB, confortable pour passer la barre, gérer le clapot ou le courant et permet de profiter de vagues souvent un peu plus molles, même si on finit toujours par se faire surprendre par de bonnes séries.

Côté surf engagé, les vagues du spot Club Med marchent par forte houle et délivrent des vagues bien creuses, mais nécessitent un niveau que je n’ai pas encore totalement acquit en SUP. Idem pour la vague de Ouakam qui voit souvent débarquer des pros en hiver lors de gros swell annoncés pour profiter de ses tubes, en droite comme en gauche. Didier Piter en est un habitué.

Au sud, à 1h de route de Dakar, Toubab Dialaw est un spot de repli intéressant en cas de grosse houle. La gauche de Toubab permet de long surf, plus de 200m et le spot de Ndayane qui marche à marée basse/mi-marée offre plusieurs pics permettant de profiter de belles droites et gauches. C’est mon spot préféré, adapté au SUP, que ce soit avec mon longboard Gong 9′ NFA quand c’est un peu mou ou la Gong Fatal quand le vent off creuse les vagues.

Enfin la Casamance, région tout au sud située sous la Gambie, peut réserver de belles surprises entre décembre et avril, avec la sensation de pouvoir encore découvrir des spots et la possibilité d’être seul au pic.

Et pour ceux qui préfèrent faire du downwind en stand un paddle ?

On a rarement du vent très fort, max 20 à 25 nœuds pendant la période des Alizés en hiver. L’orientation nord-ouest permet de partir de la pointe la plus à l’ouest de l’Afrique, à la pointe des Almadies, de passer devant les impressionnantes falaises de Ouakam et arriver après 10km face à la majestueuse mosquée de la divinité qui surplombe le port de pêche et ses pirogues aux couleurs vives. Ce n’est pas forcément très long, 10km environ, mais il faut faire très attention à la sécurité et en cas de problème on ne peut pas compter sur la SNSM ! A l’arrivée, je dégonfle, roule le SUP et je prends un taxi pour revenir au point de départ (comptez moins de 3€). L’hiver, par vent de Nord, il est possible de partir des plages du sud est de Dakar, de la Voile d’Or, pour rejoindre l’île de Gorée située à 6KM et qui a une importance toute particulière dans l’histoire du Sénégal avec son passé lié à la traite des esclaves. Il faut faire attention aux bateaux qui font la navette. Prévoir un billet pour le retour en chaloupe. L’été les conditions de vent faible permettent de faire le tour de l’ile et de revenir à son point de départ. Pour ces itinéraires, il faut partir minimum à 2 et être autonomes. J’utilise la Couine Marie race en 14’x28’’ qui est suffisamment stable en mer pour profiter sereinement de la houle, ma compagne est en Couine Marie 12’6×26” et on reste à proximité l’un de l’autre.

Des adresses pour ceux qui veulent louer ou s’initier au stand up paddle au Sénégal

Au fil du temps, les gens m’ont assez vite identifié comme un relais pour faire venir du matériel GONG ou en tester. Les bonnes occasions de board sont rares, d’autant plus en SUP et le rapport qualité prix de GONG permet de compenser les frais d’import et de douanes. La gamme de SUP gonflables GONG Chip a un grand succès auprès de ceux qui cherchent un premier équipement en SUP gonflable. La location de matériel est assez facile pour les surfs classiques, avec de nombreux surf camp, mais l’offre est plus limitée en SUP. Il est possible de louer des SUP type école pour s’initier mais les passionnés auront intérêt à transporter leur propre équipement. Les boards Gong que je fais tourner régulièrement commencent à se retrouver chez certains loueurs.

Les meilleurs endroits pour louer et pratiquer le SUP :

  • Côté Surf : Rip Curl et chez Pape (Secret Spot), Almadies
  • En mode ballade / découverte : Club Corse, Dakar plateau et Secret Bay à la Somone

Tes adresses de surf camp :

  • Ngor Surf Camp, idéalement placé sur l’île du même nom, au pied de la vague de Ngor. Oragnisation de surf trip
  • Malika Surf Camp pour loger face au spot de Yoff et explorer les 200km de cotes au Nord de Dakar.
  • Secret bay à la Somone qui proposent des initiations SUP surf également
  • Atelier de Réparation Tribal Surf : surtout des surfs mais de l’expérience pour soigner les bobos des Sup epoxy ou carbon en cas de besoin

Tes conseils touristiques pour des vacances au Sénégal

C’est toujours délicat de faire venir plus de monde sur les spots de surf, de garantir des conditions épiques sur un court séjour, mais ce dont je suis certain c’est que personne ne regrette d’avoir osé poser ses valises et son boardbag au Sénégal. Ce n’est pas un pays de grands hôtels ou de club pour touristes. Louer une villa ou une chambre chez un particulier (Airbnb) ou réserver dans un surf camp est la bonne option pour profiter au mieux de l’ambiance locale. Privilégiez les secteurs Almadies, Ngor ou Yoff.

Pour se déplacer à Dakar …

Le taxi est la meilleure option mais il faut vraiment négocier. Prévoir des bonnes sangles pour attacher la planche directement sur le toit et éviter de la tenir par la fenêtre… La location de voiture est une option pour qui veut chasser les spots au nord et au sud. Je recommanderai juste d’éviter de conduire la nuit non pas pour des raisons de sécurité mais parce que beaucoup de véhicules sont mal éclairés et les routes mauvaises !

Dans les incontournables à Dakar…

Depuis la statue de la Renaissance la vue sur Dakar est impressionnante pour les plus courageux ne pas hésiter à monter au dernier étage (compter 5€ par adulte). Aller à l’embarcadère de l’Ile de N’Gor et prendre la pirogue (environ 1,5€) et se promener dans les ruelles fleuries, aller jusqu’au bout et profiter de la vue sur le spot. Prendre le temps de s’arrêter à l’atelier de mosaïque, la propriétaire a décoré toute l’île c’est juste magnifique! Elle loue une chambre d’hôte avec une vue magnifique sur la mer ! Le resto de « Seck » sur la plage est très sympa et on y déguste les plats locaux pour un prix raisonnable (retour assuré par sa pirogue). Le marché de Soubédioune pour revenir avec des souvenirs, il va falloir « négocier » mais l’ambiance reste chaleureuse avec des sourires et des bonjours ! Juste à côté le marché aux poissons y aller pour 17h le retour des pirogues c’est magique !

A l’extérieur de Dakar à voir il y a bien évidemment le Lac Rose et ses exploitations de sel, la région du Saloum, la réserve d’animaux de Bandia ou encore l’île aux coquillages de Fadhiou. Le marché au poisson de Mbour à l’heure du retour des pirogues est aussi une expérience culturelle et sensorielle incroyable. Enfin, difficile de passer à côté de l’île de Gorée et de son mémorial contre l’esclavagisme attention cependant aux guides qui peuvent être insistants, là aussi il faut négocier pour 1€ par personne.

Pour les bons plans pour se restaurer…

Aux Mamelles le resto « Dolcé Vita » vraie cuisine Italienne avec très belle vue sur la mer et son coucher de soleil. Le « Noflaye », restaurant de France Gall, a une très jolie vue et le rapport qualité prix est très attractif (la brochette de lotte et le Tiof grillé sont tops). Le « Soleil Café » le propriétaire Adama vient de le rénover et la terrasse extérieure vue sur la mer est top avec plats locaux traditionnels et cocktails. La « Mer à Table » plats traditionnels et musique tous les dimanche ; ambiance assurée ! Tout le long des Almadies, il y a beaucoup de beaux restaurants, attention cependant aux prix qui peuvent être proches de ceux pratiqués en France. Enfin pour déguster la cuisine locale (le poulet Yassa, le Thiboudienne de poisson, le Thiof grillé,  privilégiez les petits restos de plage le prix est très abordable (moins de 5€) mais attention aux épices !

Pour plus d’information sur la marque GONG, rendez-vous sur :
Web :https://gongsupshop.com/
Facebook : https://www.facebook.com/gong.sup
Instagram : https://www.instagram.com/gongsupboards

TotalSUP Newsletter
Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only