Sandrine Berthe: “L’Ultra Long pour aller chercher des ressources au fond de moi-même !”

4 jobs, maman, femme de waterman et waterwoman. Non seulement la landaise Sandrine Berthe ne se ménage pas mais en plus elle en redemande ! Après avoir touché à tous les sports aquatiques ou presque depuis l’âge de 18 ans, du sauvetage côtier à la pirogue, en passant par le prone et le SUP Race, la voici qui s’attaque à un gros morceau: l’Ultra Longue Distance en Stand Up Paddle. Les longs efforts, elle connaît depuis un moment, surtout en prone padldeboard. De Ze Race en Guadeloupe à la Catalina Classic en Californie, en passant par les épreuves XXL du Watermana en Polynésie Française, elle a eu quelques années pour mettre son corps et son mental à rude épreuve pendant de nombreuses heures voire jours. Mais en SUP c’est nouveau ! Après un premier examen de passage réussi, non sans peine(s), lors de la course des 10h de Vassivière qu’elle a remportée en juillet, la voici qui s’attaque, armée d’une Fanatic Strike 14 x 21’5 , à la mythique Dordogne Intégrale, labelisée cette année 1er Championnat de France ULD ! Tout un programme… Retraçons l’histoire aujourd’hui de la super(water)woman Sandrine Berthe.


Bonjour Sandrine, carte d’identité: nom, âge, statut marital, lieu de naissance, lieu de résidence, profession, activités associatives 🙂

Hello, je m’appelle Sandrine, je suis mariée à Médéric Berthe et nous avons une petite fille de 7 ans qui s’appelle Keilana. Nous vivons à Lit et Mixe, un petit village côtier des Landes (situé entre Mimizan et Hossegor). Mon activité professionnelle est très diversifiée !!! Je suis coach sportif (coaching individuel et en groupe) et je m’occupe aussi des résidents de l’Ehpad de Lit et mixe (activité physique adapté). Je suis professeur  de sciences humaines au CREPS de Soustons et entraineur de sauvetage sportif au sein du Lit et mixe sauvetage côtier…

Bref, je ne m’ennuie pas !!!

Peux-tu nous rappeler ta longue histoire sportive sur l’eau et au sec ?

J’ai toujours baigné dans le sport grâce à mon Papi, c’est lui qui m’a transmis cette passion !!! Toute petite, j’attendais chaque vacances scolaires avec impatience pour pouvoir allé à la piscine, faire du volley, du ski nautique, du Vélo avec lui. Je ne le lâchais pas d’une semelle, toujours en quête de partager une activité avec lui…

Ma 1ère passion fut pour l’équitation, que j’ai pratiqué pendant 15 ans, à fond bien sûr !!! Ce qui m’a valu un titre de championne de France par équipe à l’âge de 12ans.

J’aimais aussi beaucoup courir et pratiquer la course d’orientation et le cross avec l’UNSS au collège et lycée…

A 18 ans, j’ai passé mon BNSSA pour surveiller les plages. Les test de sélection étant assez durs, je me suis dirigée vers le club de sauvetage ALASKA pour les préparer. Et une 2ème passion est née !!!

J’ai arrêté l’équitation (mais j’y reviendrai un jour, ça c’est sûr !!!) et me suis beaucoup entraîné pour ce sport très complet ( nage, paddle board, kayak, running).

J’ai été sélectionné en équipe de France en parallèle de mes études et grâce à un emploi du temps aménagé je suis partie en Australie pour m’entraîner et découvrir le berceau de cette activité…

Les années passent et mon genou droit vieillit prématurément (arthrose), il va falloir penser à faire autre chose que du sprint dans le sable ou de la rame à genou car l’appui sur ce genou est vraiment très douloureux…

Je me suis donc tournée vers l’OC1 et la V6 grâce à Guy Ringrave et WOO, j’ai ramé en  pirogue pendant 4ans et pris goût aux efforts plus longs et moins hauts en intensités !!!

Puis Keilana est arrivée, un vrai chamboulement !!!

Même si j’ai gardé une activité physique pendant ma grossesse (je nagé encore 2km la vieille d’accoucher…), il a fallu tout reprendre à zéro et surtout s’organiser !!!

Puis Amaury Dormet lanca la 1ère épreuve waterman en France, je suis tout de ssuite attiré par cette nouvelle épreuve !!!

Mon seul souci était que je ne savais pas faire de sup !!!

Je me suis donc vraiment penchée sur cette discipline. J’ai d’abord chercher à progresser sur mon geste, mon dos surtout (je me souviens avoir même honte de ma position sur les  photos). Titouan Puyo m’a beaucoup aidé, il m’a donné des conseils, fait faire des exercices et continue encore maintenant quand il revient ici… J’ai progressé et me suis lancée sur mes 1ères compet de SUP…

En parallèle, Médéric voulait re-participer à la Catalina Classic paddle board race (mythique course en Califormie reliant l’ile de catalina à Manathan beach, une plage de Los Angeles, soit 51km) et cherchait un partenaire d’entraînement sérieux…

J’ai fait ma candidature lol, et il accepté !!!

Mon histoire avec la longue distance commence ainsi avec la participation à ZE RACE puis la catalina en 2017…

Puis tout s’enchaîne !!!

En 2018, nous avons la chance d’être invités à une épreuve du Waterman Tahiti Tour en avril.

De retour en france, je regagne un billet pour la semaine folle du WATERMANA et j’embarque avec moi,  Médéric et Marie Esnaola (ma meilleure amie).

L’expérience la plus incroyable de ma vie tant sur le plan physique qu’émotionnel, merci Stéphan Lambert de m’avoir permis de vivre ca !!!

Je progresse en SUP  et me lance sur le circuit des coupes de France et quelques étapes de l’euro tour !!!

En 2020, malgrès le peu de compet dû à la pandémie, je reussi à garder ma motivation et arrive à participer à la waterman de Bordeaux,  la Corse Paddle Trophy et  je  je finis 5ème au scratch des championnats de France de SUP et 1ère de ma catégorie.

Depuis 2018, j’alterne entre le sup et le prone et garde le running et la natation comme complément d’entraînement et sans oublier  quelques petits trail pour en prendre pleins les yeux et les jambes  !!!

Peux-tu nous dire le palmarès dont tu es le plus fier ?

  • 3ème par équipe aux championnats du monde de sauvetage sportif (2006)
  • 2ème du Watermana (2018)
  • 4ème Catalina paddle board race, 51km (2019)

Tu as construit avec Médéric un lifestyle de waterman et de compétiteurs qui vous permettent de voyager à travers le monde. Quels voyages avez vous fait à travers le monde ?

C’est vrai qu’on adore participer à des compétitions à l’étranger !!! On adore rencontrer de nouvelles personnes, de nouvelles cultures, échanger, créer des liens et des souvenirs !!!

Nous avons été 2 fois à Tahiti pour les waterman tahiti tour / watermana, 3 fois en Californie pour la Catalina paddle board race, 1 fois en Guadeloupe pour ZE RACE.

Mais nous avons aussi voyagé sans objectif de compet pour des vacances comme à Hawai, en Australie, en Guadeloupe ou dans différents coin de l’Europe, Keilana est toujours de la partie et malgré se qu’on pourrait penser, elle se souvient de beaucoup de choses de ses voyages à l’age de 3 ans et plus!!!

C’est toute la famille Berthe qui a l’air suivie par la marque Fanatic depuis plusieurs années. Parle-nous de ta collaboration avec ce sponsor équipementier et détaille nous tes armes de choix ?

Au début, seul Médéric faisait parti de la Team Fanatic, il avait une planche de race qu’il me prêtait… J’ai eu la chance d’intégrer la Team en 2019. J’adore mes planches, tant au niveau de la stabilité, de leur confort et  de leur réactivité…

En race j’utilise la STRIKE 14 x 21,5 pour le flat et la BLITZ 14 x 23,5 pour les downwinds.

Et sans oublier le LONG BOARD STYLE MASTER pour m’amuser dans les petites vagues !!!!

Médéric lui utilise la PROWAVE 7’5 et LONG BOARD STYLE MASTER pour le surf mais aussi le SKY SURF FOIL 4’8 et 6’3 avec le FOIL AERO HIGH ASPECT 1250 ainsi que la BLITZ 14 x 23,5 .

Et Keilana vient de recevoir la RIPPER AIR TOURING et commence à ramer tranquillement !!!

>> https://www.fanatic.com/fr/sup

Parle-nous de ton environnement immédiat côté entrainement ?

Je m’entraîne principalement aux alentours de la maison (courant de Contis, océan, lac de Léon). Tout est orchestré par Vincent Guillaume qui m’envoie le programme de chaque semaine le dimanche soir…

J’adore partagé les entraînements avec les copains (c’est quand même bien mieux que tout seul et beaucoup plus productifs…) Mon principal partenaire d’entraînement est Médéric, on a à peu prés la même vitesse quand je suis en SUP et lui en prone !!!

Et quand mon emploi du temps me le permet, j’adore retrouver Fanny Tessier ou les copains de Contis/Saint Girons (Alban, Romain, Titouan Puyo quand il est dans le coin…).

Tu as pris la décision ces derniers mois de faire de l’ultra longue distance en SUP ta discipline principale et tu as déjà rapporté les 10h de Vassivière. Pourquoi as-tu fait ce choix ? Et du coup qu’est-ce que cela signifie en terme d’entrainement par rapport à un format de course classique ?

L’ultra long me trottait dans la tête depuis quelques temps, c’est en octobre dernier que j’en ai parlé à Vincent Guillaume. Il a tout dessuite adhéré a ce projet (il suivait déjà des athlètes d’ultra) et m’a confirmé qu’il fallait que je me lance dans cette aventure et que j’allais adorer !!!

En terme d’entraînement, cela signifie plus de volume sur certaines périodes et garder des séances hautes en intensité, avec une fréquence de un à deux entraînements par jour et un à deux jours de repos par semaine.

Par exemple, j’ai pris une semaine de vacances en août pour me consacrer totalement à la préparation de la Dordogne Intégrale (3 entraînements par jours dont un à jeun et  des sorties longues ou fractionnées pour la suite de la journée).

Tu te te lances sur la Dordogne Intégrale qui sera cette année, Championnat de France d’Ultra Longue Distance pour la première fois. Comment abordes-tu cet événement et quels sont tes objectifs ?

La Dordogne Intégrale est mon objectif de l’année, cette course m’a toujours attiré pour son cadre et son organisation conviviale !!!

Pour l’instant je suis sereine, je sais que le travail est fait et que je suis prête…

C’est super rassurant d’avoir un coach car au moins tu ne te pose pas de questions sur ta préparation… J’ai donné le maximum de ce que je pouvais à chaque entraînement alors maintenant je fais confiance en ma bonne étoile…

Maintenant, la course est vraiment longue, je ne suis pas à l’abri d’une défaillance mais j’ai bien préparé cette course pour éviter cela, certes il y a le physique mais il y a aussi le psychologique, l’étude du plan d’eau etc…

Il va y avoir ma famille (Médéric et Keilana) pour la logistique. Je sais qu’à chaque ravitaillement, je vais les retrouver et si j’ai un coup dur, ils seront là pour me rebooster !!!

Pour la petite anectode, aux 10h de Vassivière, j’ai complètement craqué à 8h de course, j’étais toute seule sans personne aux ravitaillements… Je suis sortie de l’eau et j’ai appelé Médéric, j’étais au bout du bout et il a su me remobiliser, me motiver pour repartir et finir la course !!!

Je suis vraiment impatiente de prendre le départ de la Dordogne Intégrale, je sais que ça ne va pas être facile et qu’il va falloir aller chercher des ressources jusqu’au plus profond de moi même mais c’est ça que je recherche !!!

Pour suivre Sandrine Berthe sur les réseaux sociaux :
https://www.facebook.com/sandrine.berthe40
https://www.instagram.com/sandrine_berthe/

Plus d’informations sur Fanatic SUP
https://www.fanatic.com/fr/sup

A propos de l’auteur

Mathieu Astier

Mathieu is the hyper-active founder of TotalSUP and a multilingual online marketing veteran with more than 20 years of experience working for top international internet companies. His love-at-first-sight for Stand Up Paddling in 2013 led him to build one of the leading online media dedicated to SUP in English and French and to turn his family lifestyle towards the ocean.

To follow Mathieu:

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only