Les bases de la préparation mentale adaptée au Stand Up Paddle

De plus en plus de stand up paddlers font appel à des préparateurs mentaux afin de se mettre dans les meilleurs dispositions possibles pour aborder un projet sportif, une saison ou une compétition. S’il est important de suffisamment se préparer physiquement, mais aussi de parfaire sa technique pour exploiter au mieux son potentiel dans une compétition de stand up paddle, l’aspect mental l’est tout autant. La question d’activer la confiance en soi dans la période précédant un événement de SUP Race ou de SUP Surf est évidemment centrale.  Pour rappel, le mental peut influencer négativement ou positivement  la performance technique et physique. Si le sportif peut activer une détente mentale, associée à un dynamisme physique adéquat, avec un sentiment de confiance en sa technique, il a toutes ses chances d’être efficace. Aujourd’hui nous étutions les notions de bases de la préparation mentale adaptée au Stand Up Paddle.

1. Le discours interne

Définition :  Il s’agit d’un discours que l’on se dit à soi-même, sans s’en rendre compte.
Exemple : « de toute façon il est plus fort que moi, jamais je ne pourrais le battre »

Le discours interne peut être un réel frein à notre performance s’il n’est pas contrôlé. Par contre nous pouvons apprendre à le contrôler et donc améliorer notre performance.

Identifier ce mauvais discours interne
Quand apparait-il ?
Que dit-il ?
Quel est son effet sur nous ?
Avons-nous conscience que ce discours existe ?

Corriger ce discours interne
Accepter que ce discours interne soit mauvais pour notre performance
Choisir, réfléchir à des pensées de remplacement qui seraient bénéfiques
Mise en place d’une routine (voir article précèdent, n°3 sur la Confiance et l’affirmation de soi)
S’entrainer et affiner cette routine.

2. L’imagerie mentale

L’imagerie mentale repose sur les connexions neuronales. Il a en effet été prouvé que ces connexions au niveau du cerveau sont presque identiques si la scène s’est réellement passée que si la scène a été imaginé.

Il nous arrive régulièrement de se dire « tiens j’ai progressé aujourd’hui par rapport à hier, j’ai dû m’entrainer pendant la nuit ». Et bien c’est vrai, en pensant, rêvant, réfléchissant, vous faites travailler votre cerveau. En contrôlant cette imagerie mentale, vous allez pouvoir vous entrainer en SUP alors que vous êtes assis dans le bus.

Il existe plusieurs imageries  mentales : de confiance, de réussite, de technique et de relaxation.

Il y a quelques règles pour utiliser l’imagerie mentale, tout d’abord, avoir une bonne VISUALISATION.
La vivacité de l’image (précisions, netteté de la vue, toucher, odorat…)
L’exactitude (l’image est-elle fidèle à la réalité ?)
Le contrôle (arrivez-vous à accélérer ou ralentir l’image)
Temporalité (respecter l’exigence temporelle)

Mise en place de l’imagerie mentale de confiance/relaxation/ réussite :
Sélectionner un moment déjà vécu, représentant l’état émotionnel recherché (moment de confiance, moment de réussite ou moment « zen »)
Visualiser ce moment, revivre l’état recherché.
« Ancrer » l’état recherché (comme dans le cadre de la routine) sélectionner un mot/geste pour revivre cet état et s’entrainer à l’imaginer facilement.
S’entrainer à imaginer la scène grâce à notre ancrage, de façon régulière à différents moments. Plus vous vous entrainez à l’imaginer, plus il sera facile de l’utiliser au moment voulu.
L’utiliser lors de votre compétition de stand up paddle

Mise en place de l’IM technique :
Cette dernière permet de s’entrainer lorsqu’il n’est pas possible de pratiquer en réel. Par exemple lorsque vous êtes blessé, en vous couchant…. Il est aussi possible de l’utiliser pour travailler un point précis, comme votre coup de pagaie. Vous allez pouvoir imaginer votre coup de pagaie en le décomposant, chaque soir en vous couchant par exemple.
Visualiser le contexte, où se passe l’action, ressentir le vent, la matière de la pagaie, le bruit de l’eau
Visualiser le geste parfait, tout en sachant respecter les règles d’une bonne visualisation
Visualiser très régulièrement ce geste, quelques secondes ou plusieurs minutes.
Répéter et améliorer ce geste lors de l’entrainement réel.

Voila, vous pouvez utiliser l’imagerie mentale pour de nombreux cas dans le cadre de routine.
(Ex : mauvais discours interne, manque de confiance, stress relaxation, entrainement technique)

3. La concentration

La concentration peut être assimilée à un tunnel ou des rails de train/chemin de fer. Tant que l’on est sur les rails, la concentration est parfaite. Mais il peut arriver que l’on déraille un peu… ou beaucoup.

Comment renforcer cette concentration :
Dessiner un rail de chemin de fer sur une feuille blanche, puis y écrire sur le coté des rails tout ce qui vous déconcentre. Ex : bruit, faute, vague, chute, draft…
Visualiser et accepter que ce qui se trouve en dehors des rails n’est pas maitrisable,
Accepter que ces éléments ne soient pas maitrisables, et qu’il faut rester concentrer sur le moment présent.
Construire une routine (voir article précèdent, avec ou sans imagerie mentale)

4. La gestion du stress

Il existe deux types de stress :

Le bon stress, celui qui peut nous motiver, nous exciter, nous faire vibrer, et que l’on arrive à contrôler
Le mauvais stress, celui qui est désagréable, nous paralyse et diminue notre performance

Comment contrôler ce mauvais stress ?

Identifier ce stress. Quand apparait-il ? sous quelle forme ?
Prendre conscience que nous subissons ce stress et qu’à ce jour nous n’essayons pas de le contrôler/ de l’effacer
Mise en place des routines, utilisation lorsque ce stress apparait, qui seront adapter à la situation présente et qui remplaceront les habitudes précédentes.

Voilà, vous savez tout sur la base de la préparation mentale.

Vous avez des questions, envie de réaliser un bilan ? N’hésitez pas à me contacter par Facebook, Instagram @maximehainneville

A propos de l’auteur

Maxime Hainneville

Officier de la marine marchande, Maxime passe la moitié de l'année en mer à travailler, et l'autre à jouer dans les vagues. Ancien sportif de haut niveau en voile et rider pour le shop Tahe Outdoors Store à Vannes où il habite, Maxime pratique désormais de nombreux sports nautiques, avec ou sans foil, comme le SUP, le Wing, le kite et le surf. Maxime est également certifié en préparation mentale pour le sport qui est son autre passion.

To follow Maxime:

  • Facebook Link
  • Instagram Link
Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only