Kelt Ocean Man : Sandrine Berthe et Matthieu Jolivet participeront au Watermana à Tahiti

Le 22 juin à Douarnenez ce sont 33 athlètes novices ou initiés qui ont pris le départ de la Kelt Ocean Man / Woman. La course organisée par le Kelt Ocean Club, dont le waterman Erwan Le Leannec a tenu toutes ses promesses avec un beau spectacle sportif. Sandrine Berthe et Matthieu Jolivet ont remporté les 2 billets offerts par Air Tahiti Nui, Total SUP et le Waterman Tahiti Tour pour participer au KXT Watermana Liquid Festival 

Photo Matthieu Jolivet

Erwan, es-tu satisfait de cette deuxième édition du Kelt Ocean Man / Woman ?

Oui, au fur et à mesure que l’échéance approchait, le nombre d’inscriptions augmentait. Nous étions contents de voir que sur les 33 inscrits beaucoup de novices et de femmes ont pris le départ! Issus du surf ski, de la natation ou du SUP, ils sont venus se challenger avec les meilleurs. Il y avait un beau plateau, Joseph Gueguen nous a encore démontré qu’il était en forme, Sandrine Berthe et Matthieu Jolivet déçus de ne pas avoir remporté l’épreuve lors du Vendée Gliss étaient venus avec de l’ambition. Nous étions un peu déçus de ne pas avoir séduit plus d’équipes, mais il est vrai qu’il est parfois difficile de se procurer un prone. Nous devons trouver une solution pour qu’un partenaire puisse louer des prones et/ou des SUP pour l’évènement. La météo était avec nous samedi, malgré le vent qui s’est levé et avait rendu le parcours SUP un peu plus dur. Le parcours trail proposé permettait de découvrir le beau sentier côtier de Douarnenez. L’atmosphère de ces challenges Waterman est très sympathique. On ne peut être spécialiste des 4 disciplines, les athlètes sont donc très humbles et cherchent toujours à améliorer les disciplines où ils sont le plus en difficulté. Il y a beaucoup d’échange. La prochaine édition se déroulera dans deux ans, d’ici là, j’espère que nous, organisateurs de challenge Waterman, nous arriverons à nous coordonner pour établir un calendrier pour les athlètes et pour donner plus de visibilité à cette discipline (ndlr: avis aux organisateurs, Erwan est ouvert aux échanges bénéfiques pour tous).

Du côté des Waterman, comment était l’atmosphère du Kelt Ocean Man / Woman ?

Matthieu : Arrivé de Treboul sous le soleil, on retrouve les copains waterman, ça fait plaisir ! Nous sommes accueillis par Marie Le Léannec et ses garçons, tout est prêt et on sent que l’organisateur maitrise son sujet, il est midi et il n’y a pas trop de monde encore sur la plage. Petite musique d’ambiance pour la décontraction des concurrents, on prépare notre matériel sur la plage dans le parc de transition. Chacun à sa technique, pour ma part j’ai opté pour la bassine d’eau pour la transition SUP/Course à pied afin de ne pas courir plein de sable dans les chaussures. Le vent se lève de plus en plus, le Up wind sera dur pour la partie prone et SUP!  Il n’y a pas beaucoup d’équipes, c’est dommage car, avec le beau et long parcours proposé, il y avait vraiment moyen de se faire plaisir sur une ou deux des 4 disciplines et taper des chronos ! Mais bravo à ceux qui y étaient !

Sandrine : Quand on va à Douarnenez, on sait qu’on va trouver une bonne ambiance, des bénévoles adorables et une organisation au top ! Encore une fois, l’édition 2019 du Kelt Ocean Man/Woman n’a pas dérogé à la règle, le soleil était même au rdv ! L’eau était un peu trop froide à mon goût: 14 degrés, il fallait le mériter ce billet offert par Air Tahiti Nui, TotalSUP et le Waterman Tahiti Tour pour participer au Watermana. Cette année, il y avait beaucoup de “solo” engagés et notamment de nouveaux visages chez les filles. C’est cool, surtout qu’elles s’en sont super bien sorties. Bravo à toutes! La liste définitive des participants était sortie le jeudi avant la course et comme d’habitude, je regarde qui est qui, histoire de me faire monter la pression bêtement. L’enjeu était réel pour moi tellement je rêvais de participer une nouvelle fois à cette folle semaine  du Watermana et revoir tous les copains là-bas.

Comment s’est passée votre course ?

Matthieu : Pour ma part, pas mal de stress avant le départ car j’ai envie de gagner mon billet pour le Watermana! Je souhaitais essayer de talonner Joseph Guegen, en me disant qu’il y aurait une opportunité d’aller le chercher sur la course à pied (CAP), mais malheureusement je n’étais pas dans mon meilleur jour. Je fais un bon départ natation mais me fait distancer après 400m et je n’arrive pas à recoller, je bois plusieurs fois la tasse sur l’aller et je n’arrive pas à allonger ma glisse, le retour est meilleur mais c’est trop tard l’écart est creusé. Je ne lâche rien, j’essaye de raccrocher le wagon avec Joseph et David Perrier sur la première transition course à pied, je reprends au passage Léna Bastard et 2 autres waterman que je ne connais pas. Je repars 3ème sur le prone avec Joseph à 50m devant moi. Je m’accroche et je fais bien car le danger vient toujours de l’arrière, tout en repassant en 2ème position sans jamais pouvoir revenir sur Joseph qui contrôle la situation en se retournant régulièrement. Médéric Berthe nous reprend avec une glisse déconcertante (n’y aurait-il pas un petit moteur sur sa dérive? 😉 ), vraiment impressionnant! Je n’y crois pas, je commence à douter de ma capacité à aller chercher ce billet pour le Watermana. Je réfléchis à ma tactique et décide de surtout ne pas trop me faire distancer en prone. Je recolle sur la 2ème transition et on enchaîne avec Médéric  sur la partie en SUP. C’est physiquement très dur pour moi, je commence à manquer de jus, je n’arrive pas à ramer correctement, en voulant passer la première bouée au plus près, je m’accroche à celle-ci et je tombe en enfonçant le pont de ma planche en plus! Je garde le mental et ne laisse pas filer Médéric. Nous nous retrouvons avec un petit downwind qui permet de récupérer avant de reprendre le vent, il reste encore un tour et demi à faire et je suis toujours à 15m de Médéric, impossible de le passer. Mes bras et mes jambes sont dans le dur, je suis sec et je pense à la semaine que j’ai faite du matin au boulot, avec peu de sommeil qui a dû certainement contribuer à cette absence de fraîcheur. Bref arrive la dernière CAP, Médéric part quelques secondes devant moi. Je donne tout pour vite le rattraper et là je me rassure, mes jambes n’ont pas encore lâchés, je déroule et lâche Médéric sur la première côte. Il n’y a plus qu’à gérer, un peu frustré de ne plus avoir Joseph en ligne de mire, mais ce dernier très fort en SUP n’a fait qu’accroître son écart. Je termine la course à pied avec le sourire accueilli par Erwan qui gère la sécurité entre les passants et les coureurs à l’arrivée. Trop content de cette 2ème place qui est synonyme d’un billet offert par Air Tahiti Nui  et TotalSUP pour participer au Watermana ! (Ndlr : Joseph Gueguen a déjà remporté son billet en mai 2019). Merci encore à toute l’équipe KOC, rien à dire sur le parcours, aucune hésitation d’orientation dans les différentes épreuves, un endroit magnifique à découvrir. La CAP m’a encore sauvé, il faut vraiment que je progresse encore en prone et SUP d’ici le Watermana, mais je ne suis pas inquiet je vais tout mettre en œuvre pour me donner les moyens. J’ai trop hâte de pouvoir vivre ce que j’ai vu avec dans le film du watermana 2018 et les replay des étapes du Waterman Tahiti Tour 2019 ! J’espère pouvoir tenir physiquement, car mentalement je ne suis pas inquiet, j’ai déjà vécu des situations un peu critiques en triathlon longue distance et raid aventure, c’est ce qui m’attire dans le concept Watermana…

Photo Matthieu Jolivet

Sandrine : le départ est lancé, la natation n’est pas mon point fort, je m’applique, essaie de trouver mon rythme et d’avoir un geste efficace, dans cette eau trop froide ! Je n’arrive pas du tout à savoir quelle est ma position durant le parcours de nage, c’est seulement quand je sors de l’eau et que j’entame la transition sur le sable que je constate que je suis 3ème fille… A ce moment-là, je doute mais, ne lâche pas car, il y a le prone à venir. Je me lance à la poursuite des filles, je me sens bien, l’intensité est maximale. Je rattrape Léna Bastard, qui m’encourage au passage… mais il reste encore Angie Le Roux, qui rame très fort. J’arrive à la remonter et je comprends qu’elle aussi ne va rien lâcher. Je creuse un petit écart et continu de tout donner car j’ai peur qu’elle soit meilleure que moi sur le SUP. Après la transition sur le sable, enchaînement du SUP, je m’applique, cherche à glisser sur la partie downwind et lutte sur le up wind !!! En sortant du SUP, j’ai une bonne avance sur Angie, afin de maintenir cet écart, le défi est contre moi-même. J’ai tout donné, j’étais vraiment dans le dur mais, c’est ainsi que je boucle ce waterman avec le plus grand des sourires car je repars au pays des vahinés !!!

Matthieu, comment vas-tu te préparer pour le Watermana, sachant que tu ne sais pas à quoi t’attendre ?

D’ici là, je vais tâcher d’enchaîner du volume en prone et SUP. Sans négliger la technique et puis entretenir la natation et la course à pieds. 4 disciplines ce n’est pas simple, j’avais l’habitude de 3… Pour le voyage, tout reste à faire, car l’objectif est de partir en famille ! Ils l’ont bien mérité eux aussi car il faut supporter les quelques absences pour l’entraînement.

Les résultats de la Kelt Ocean Man / Woman 2019 :

Merci aux partenaires du Kelt Ocean Man / Woman :

Erwan Le Léannec et le Kelt Ocean Club tiennent à remercier l’ensemble des partenaires et la ville de Douarnenez qui ont soutenu l’évènement:

425pro

Breizh Rider Surf Shop

Krys Opticien Douarnenez

Saint Jacques Wetsuits

Ville de Douarnenez

About the Author

Marie Esnaola

Originaire du Pays Basque, Marie se tourne naturellement vers le sauvetage côtier, les courses de prone et le SUP après des années de natation. Passionnée de sport, elle organise des évènements sportifs et BtoB et accompagne les entreprises en webmarketing.

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only