L’État du SUP Race Tahitien Présenté par Georges Cronsteadt et Teanatea Tetoe

Une semaine avant le Air France Paddle Festival, Georges Cronsteadt, vainqueur de la Elite race en 2015 et considéré comme le précurseur du SUP race à Tahiti s’exprime sur l’évolution de son sport sur l’île. De son côté, Teanatea Tetoe, qui participe au championnat tahitien nous donne sa vision du SUP féminin en Polynésie française.

Georges

Quelle ampleur a pris (ou est en train de prendre) le SUP race à Tahiti ?

Le SUP race fait désormais partie intégrante des courses de pirogue et de ce fait, beaucoup de personnes s’y intéressent que cela soit pour du loisir ou de la compétition.

Le SUP race est il en train de détroner petit à petit la pirogue?

La pirogue reste et restera toujours le sport numéro un en Polynésie française ! La seule chose qui différencie le SUP et la pirogue, c’est que le SUP est plus accessible à pratiquer que la pirogue, et c’est ce qui attire le grand public ! Mais de là à aller détrôner la pirogue on en est encore loin !

SUP Race Tahiti

Être bon en pirogue signifie-t-il être performant en SUP race?

Je pense que cela peut aider. Pour ma part la pirogue et le SUP sont deux sports vraiment différents ! Quand on observe Kai Lenny, Connor Baxter, on sait qu’ils ne viennent pas de la pirogue. Pour moi performance =travail (entraînement),persévérance, détermination et patience !

Comment est structuré le championnat de SUP race à Tahiti (18 dates c’est ça?), y a-t-il beaucoup de participants?

Oui c’est cela, 18 courses et ils retiennent tes 10 meilleures courses pour le classement final du championnat de Polynésie. Il y aurait pu avoir beaucoup plus de participants, mais la majorité des courses de SUP sont organisées en même temps que des courses de pirogue !

Air france paddle fest

Quelles sont les spécificités de ce championnat?

Le championnat est assez varié, il y a tout genre de courses. J’ai entendu dire que le championnat s’arrête en août, mais deux ou trois belles courses sont prévues jusqu’à décembre. Ici à Tahiti il n’y a pas de saison OFF, on est ON toute l’année!

Vainqueur Air France Paddle Festival

Est-ce que le SUP race féminin suit aussi le mouvement?

Localement le SUP féminin a du mal à prendre, je travaille avec ma femme et quelques unes de ses copines pour y remédier,mais ce n’est pas facile.

Teanatea tetoe
Teanatea Tetoe: Concernant le SUP féminin en Polynésie, je dirais qu’il y a un grand écart entre le SUP race et le SUP de loisirs. On est très peu de femmes à participer aux courses, depuis le début du championnat, on doit être entre 5 et 7 à tout casser. Après sur les 18 courses, on en a fait que 5. En revanche, lorsqu’il s’agit de courses de loisirs, le nombre atteint facilement la vingtaine. Il y a évidemment un aspect culturel où la participation au championnat demande du temps pour s’entraîner et toutes les femmes ne peuvent pas se libérer. Il faut ajouter aussi à cela le prix d’une planche et tout ce qui va avec. Après, ici, souvent les femmes sont moins récompensées que les hommes, cela joue peut-être aussi. Le Va’a féminin est peut-être plus développé? Je pense que le Stand Up Paddle est un peu considéré ici comme un sport élitiste. Ce qui se développe à fortiori ici, en Polynésie, chez les femmes, ce sont les sports de course à pied ou trail, alors que le SUP est un super sport. Les femmes polynésiennes pratiquent le SUP mais davantage en loisirs qu’en course.

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only