Virginie Louppe : Actrice Importante du Handi SUP

Virginie Louppe, amatrice de sports de glisse depuis son plus jeune Ăąge, souffre d’un handicap l’empĂȘchant de pratiquer ces sports comme elle le souhaite. Le SUP, qui est une exception, est devenu sa passion. Virginie n’est pas seulement une grande rideuse, c’est aussi une battante qui fait tout pour dĂ©velopper le Handi SUP à travers de multiples actions.

 Virginie Louppe avec Titouan P

Peux-tu nous parler de ton parcours de paddler et de ton handicap?

J’ai Ă©tĂ© initiĂ©e aux sports de glisse trĂšs tĂŽt puisqu’à 2 ans j’ai Ă©tĂ© mise sur des skis. J’ai trĂšs rapidement Ă©tĂ© entraĂźnĂ©e sur des slaloms, saut Ă  ski, prise de vitesse et beaucoup de bodyboard.

À 12 ans mon genou s’est mis Ă  enfler, je ne pouvais plus marcher, les mĂ©decins m’ont diagnostiquĂ© un cancer de l’os Ă  la jonction entre l’articulation du genou et du fĂ©mur droit. AprĂšs neuf mois de chimiothĂ©rapie j’ai guĂ©ri mais il a fallu me retirer la partie de l’os qui Ă©tait abĂźmĂ©e . Ils m’ont donc enlevĂ© la totalitĂ© de l’articulation du genou droit et coupĂ© la moitiĂ© du fĂ©mur, qu’ils ont remplacĂ© par une prothĂšse totale.

Ils ont dĂ» Ă©galement me couper une partie de mon quadriceps afin d’éviter les risques de contamination. Ces interventions ont entraĂźnĂ© une perte de flexion limitĂ©e Ă  45 degrĂ©s, une masse musculaire trĂšs rĂ©duite, des difficultĂ©s d’appuis sur ma jambe droite et des crises de douleurs inflammatoires avec gonflement de la jambe qui sont dĂ©clenchĂ©es Ă  la suite de certaines postures ou de certains efforts.

Virginie Louppe radio

Ces crises me rendent la marche impossible et m’imposent des pĂ©riodes d’alitement qui peuvent aller jusqu’à 3 voir 4 mois. J’arrive aujourd’hui Ă  en dĂ©terminer Ă  peu prĂšs les facteurs dĂ©clencheurs et Ă  les anticiper. En 2002, suite Ă  la pose d’une quatriĂšme prothĂšse, je me suis fracturĂ©e le fĂ©mur au dessus de la tige de la prothĂšse. J’ai du subir 2 greffes osseuses et je suis restĂ©e 3 ans en fauteuil et en bĂ©quilles.

La pratique du sport est essentielle pour moi car elle me permet d’entretenir une masse musculaire dĂ©jĂ  rĂ©duite. J’ai souhaitĂ© continuer Ă  pratiquer des sports de glisse contre l’avis des mĂ©decins inquiets. J’ai testĂ© plusieurs disciplines dont le windsurf mais c’était rĂ©ellement frustrant car j’étais toujours limitĂ©e en marge de progression.

Quand il n’y avait pas de vent le moniteur nous emmenait en SUP, j’ai adorĂ© et depuis je ne peux plus m’en passer, c’est devenu une vraie passion. En 2012 je suis tombĂ©e sur un article sur le Nautic SUP Paris Crossing et j’ai eu un flash de tous les projets que je devais mener sur le Handi SUP. J’ai eu la chance de pouvoir entrer en contact avec l’organisateur, Didier Lafitte Ă  qui j’ai parlĂ© de mes projets.

NSC

Il m’a beaucoup accompagnĂ© dans le dĂ©veloppement des projets Handi SUP depuis 2013. Le Nautic SUP Paris Crossing a Ă©tĂ© ma 1Ăšre compĂ©tition de SUP Race et m’a tellement transportĂ©e que j’ai mis 1 mois pour redescendre.

Depuis j’ai attrapĂ© le virus. J’aime ĂȘtre dans l’effort et ces compĂ©titions me permettent de me dĂ©passer, une maniĂšre de continuer Ă  me battre contre cette maladie qui mĂȘme si j’en suis guĂ©rie m’a laissĂ© des sĂ©quelles importantes. Au travers des compĂ©titions je retrouve confiance en moi et en mon corps.

Lorsque j’étais Ă  l’hĂŽpital ce qui m’a aidĂ© Ă  tenir bon et Ă  m’en sortir c’était de regarder les compĂ©titions Handi sport Ă  la tĂ©lĂ© en me disant moi aussi j’y arriverai ! Aujourd’hui c’est cette impulsion cette force de vie que je souhaite transmettre aux personnes qui sont malades ou en Ă©tat de faiblesse. Je veux leur dire que c’est possible et qu’eux aussi peuvent le faire.

Dans cette intention je n’ai cessé de dĂ©velopper le Handi SUP. J’ai crĂ©Ă© une section sportive SUP d’entreprise, j’ai ouvert la 1 Ăšre base nautique d’entreprise d’Ile-de-France Handi. J’ai tout mis en Ɠuvre pour dĂ©velopper les catĂ©gories Handis sur les compĂ©titions. J’ai crĂ©Ă© une association SUP LAB afin de favoriser le dĂ©veloppement du Handi SUP.

Virginie Louppe SUP

Quelle est ton implication au niveau de la commission de Handi Surf?

Suites aux actions que j’avais engagĂ©es dans le Handi SUP, Jean-Marc Saint Geours, Directeur Fondateur de l’Association Handi Surf et PrĂ©sident de la Commission Handi Surf de la FFS, m’a proposĂ© de rejoindre la Commission Handi Surf de la FFS afin de travailler sur le dĂ©veloppement des catĂ©gories pour les personnes en situation de handicap sur les compĂ©titions officielles de la FFS.

J’ai donc Ă©tĂ© nommĂ©e Ă  la Commission en juillet 2016. À ce titre je devais Ă©tablir un Ă©tat des lieux en matiĂšre de handicap sur les compĂ©titions officielles FFS, afin que la Direction Technique nationale puisse mettre en place un projet officiel de catĂ©gories Handi SUP sur la pĂ©riode 2017-2020.

Je suis Ă©galement intervenue sur des Ă©tapes de Coupe de France afin d’amĂ©nager des catĂ©gories Handi SUP. J’ai notamment mis en place un classement Handi sur la Summer Cup de la Baule en juillet 2016.

Suite Ă  la proposition de Serge Lougarot d’intĂ©grer l’équipe de France Handi Surf sur une catĂ©gorie de surf couchĂ© au cours de l’annĂ©e 2016 et au blocage des dossiers de 3 compĂ©titeurs Handis sur des critĂšres subjectifs Ă©tablis par l’ISA, je participe Ă  une rĂ©flexion sur les critĂšres de catĂ©gories Handi Surf.

Afin de bien comprendre la situation, pour participer Ă  ces championnats les compĂ©titeurs dĂ©posent des dossiers rĂ©pondant Ă  des critĂšres de handicap trĂšs prĂ©cis, mais il est spĂ©cifiĂ© que l’organisation se rĂ©serve le droit de retenir des critĂšres subjectifs dans l’apprĂ©ciation des dossiers.

handisurf

Ma question est la suivante : ce type de critĂšres existent-ils ou seraient-ils acceptĂ©s sur une compĂ©tition pour valides ? L’idĂ©e de ce travail est d’établir une Ă©galitĂ© de chance dans la performance sportive pour toute personne en situation de handicap et d’éviter le piĂšge de la discrimination sur le handicap. Ce travail est d’autant plus important maintenant que le surf est reconnu discipline olympique, il faut prĂ©parer les Jeux paralympiques !

Quelles sont les actions menées par la commission Handi Surf ?

Le SUP étant rattaché à la Fédération Française de Surf, la commission Handi Surf se charge également du développement du Handi SUP.

À ce titre un Ă©tat des lieux a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© sur toute l’annĂ©e 2016 et un travail de rĂ©flexion sur les catĂ©gories est en cours que nous devons mener en lien avec la Direction Technique Nationale.

À l’occasion du Championnat de France Ă  Hossegor en octobre 2016, 3 titres de Champion de France Handi SUP RACE ont Ă©tĂ© remis dans 3 catĂ©gories de handicap diffĂ©rentes : SĂ©bastien Le Meaux, LoĂŻc Cros et moi mĂȘme. Le projet fĂ©dĂ©ral prĂ©voit une mise en place officielle des catĂ©gories d’ici 2020.

Peux-tu nous parler plus en dĂ©tail du groupe d’entraĂźnement Handi Surf qui a Ă©tĂ© mis en place ?

Cela a Ă©tĂ© mis en place par l’association nationale Handi Surf sur une idĂ©e gĂ©niale : RĂ©unir des moniteurs qui pour valider leur diplĂŽme d’encadrant Handi Surf doivent rĂ©aliser des heures d’encadrement et un groupe de surfeurs handis qui souhaitait bĂ©nĂ©ficier d’entraĂźnement Handi Surf en vue des compĂ©titions nationales, des championnats du monde Handi Surf et dans un horizon un peu plus lointain pourquoi pas les Jeux paralympiques.

Ces entraĂźnements ont lieu une fois par semaine et sont l’occasion d’échanger et de travailler sur les catĂ©gories. C’est un groupe trĂšs convivial et cela m’a permis de rencontrer des personnes extraordinaires et de partager des supers moments sur l’eau !

Virginie Handi SUP

Qu’est-ce que SUP Lab et quels sont les projets de l’association?

SUP Lab est le raccourci de « Stand Up Paddle Laboratory ». J’ai souhaitĂ© faire rĂ©fĂ©rence ici Ă  un laboratoire d’idĂ©es. L’objet de cette association de type association de loi 1901 est de rassembler des personnes afin de mener une rĂ©flexion en commun, sur l’évolution Ă  donner Ă  la discipline du SUP selon 2 axes de travail :

1. Mener des rĂ©flexions sur les orientations et l’évolution Ă  donner Ă  la discipline sportive du Stand-Up Paddle.

Par exemple : dans le domaine de la diversitĂ© (handicap : accessibilitĂ© sur les Ă©vĂ©nements, adaptation des formats de compĂ©tition, dĂ©veloppement des classements Handi SUP sur les compĂ©titions – paritĂ© homme, femme
dans le SUP) et de l’écologie.

2. Promouvoir et mettre en Ɠuvre des actions afin de permettre le dĂ©veloppement des orientations dĂ©finies.

Par exemple : actions de communications, participation Ă  des Ă©vĂšnements au nom de l’association, rĂ©colte de fonds, crĂ©ation d’évĂšnements, action de sensibilisation, projets sportifs.

Virginie Louppe board

En tant que paddler, quels sont tes objectifs futurs ?

En SUP je souhaite continuer mon combat jusqu’à ce que les catĂ©gories Handis soient officiellement intĂ©grĂ©es au RĂšglement FĂ©dĂ©ral de la FFS, avec des catĂ©gories clairement Ă©tablies afin d’éviter le risque de discrimination sur le handicap, des critĂšres d’accessibilitĂ© des sites de compĂ©tition dĂ©finis et que les formats de course puissent ĂȘtre adaptĂ©s.

Il me semble essentiel de tenter de ne pas sĂ©parer les compĂ©titeurs handis d’un cĂŽtĂ© et les valides de l’autre. Mon objectif est de pouvoir me qualifier cette annĂ©e sur les championnats de France en 14’ et en 12’6.

 

Virginie Louppe TotalSUP

Mes objectifs dĂ©passent aujourd’hui le SUP, puisque je m’entraĂźne Ă©galement en Handi Surf pour pouvoir le pratiquer en compĂ©tition. Depuis l’annonce le 2 aoĂ»t dernier de l’intĂ©gration du surf comme  discipline olympique, je me surprends Ă  rĂȘver


Je rĂ©flĂ©chis Ă©galement Ă  des projets d’expĂ©dition qui auraient plus de portĂ©e que les compĂ©titions Ă  mon sens. À terme je souhaiterais crĂ©er ma sociĂ©tĂ© de sensibilisation handicap par le sport, c’est pour cette raison qu’au mois de janvier j’ai dĂ©mĂ©nagĂ© en rĂ©gion Bordelaise ce qui va me permettre Ă©galement d’intensifier mes entraĂźnements !

En ce qui concerne l’objectif Ă  terme des jeux paralympiques, j’ai pu ĂȘtre intĂ©grĂ©e Ă  l’Ă©quipe Handi Surf qui a rĂ©alisĂ© une dĂ©monstration Handi Surf lors des Championnats du Monde Ă  Biarritz, organisĂ©e par l’association Handi Surf avec la FFSurf.

J’aimerais juste terminer cette interview en disant que dans le combat que je mĂšne j’ai Ă©tĂ© amenĂ© Ă  douter face à l’individualisme chevronnĂ© de beaucoup d’athlĂštes handis qui plutĂŽt que d’ĂȘtre dans une dĂ©marche de rassemblement prĂ©fĂšrent mener un combat d’ego ce qui affaiblit considĂ©rablement les initiatives et la portĂ©e du mouvement.

Mais aussi au dĂ©sintĂ©rĂȘt complet dont font preuve une bonne partie des acteurs du SUP et du Surf en ce qui concerne l’intĂ©gration du handicap dans ces disciplines. Je souhaite donc faire passer un message Ă  tous les athlĂštes Handi Surf et Handi Sup : « Nous pouvons rĂ©ussir si nous nous rassemblons ! »

Virginie Hand SUP

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only