5 Questions que l’on peut se poser lorsqu’on choisit sa board de Wing Foil

19th March 2021

Tagged: ,

Théo Joly, basé à La Rochelle, c’est un ancien compétiteur en windsurf et SUP qui passe la plupart de son temps sur l’eau depuis l’âge de 10 ans. Théo aime suivre l’évolution des sports de glisse en essayant de nouveaux supports, concepts en Windsurf, Kite, SUP, surf et maintenant WingFoil. Il aime partager du temps sur l’eau avec d’autres personnes ainsi que transmettre sa passion, et c’est pourquoi dans cet article, Théo nous aide à choisir une board de Wing Foil au travers de 5 questions que l’on peut se pose lorsqu’on veut investir dans une board.

“Je sais pas trop ce que je veux faire, un peu de tout WING/WIND/SUP foil ou juste de la WING ?”

C’est le DILEMME dans lequel je me suis retrouvé en me lançant dans l’aventure WING FOIL ! Venant de la planche à voile et du paddle, je me suis dit idéalement que je ferai un peu de tout en fonction des conditions ! Il existe d’ailleurs des supports conçus pour ça comme la TAKUMA BX HYBRID ou la F-ONE PAPENOO CONVERTIBLE.

Ces planches ont l’avantage d’être de vrais couteaux suisses et permettent de s’initier sur l’ensemble des supports. Elles ont généralement un volume assez important, une longueur qui permet de glisser, prendre de la vitesse et decoller rapidement (avec le bon foil bien sûr) … mais ce sont  également des planches assez lourdes par les différents renforts et accessoires disposés dessus (straps, pieds de mât). Si vous n’avez pas le bon foil qui va dessous, cela peut ainsi vite devenir compliqué.

En tout cas OUI les planches multi supports marchent et sauront vous faire progresser rapidement en WING FOIL ainsi que sur tous les autres supports à foil. Mais ces planches vous montreront rapidement leur limite si vous voulez vous spécialiser, en wing notamment.

“J’achète une planche gonflable ou planche rigide pour pratiquer la WING ?”

La question est légitime !! Elle se pose pour tout support qui glisse ! Le Stand Up Paddle a commencé à apporter une réponse. Les planches gonflables ont très clairement évolué dans leur conception.

Concernant la pratique du wing foil, les planches gonflables offrent de plus grands volumes pour des dimensions plus petites ce qui reste un vrai avantage pour s’initier : stabilité, moins de chocs,...

Lorsqu’on débute, la recherche de vitesse est indispensable pour apprendre à voler.  Ainsi, le seul inconvénient qu’on pourrait leur trouver est l’effet ventouse sur l’eau. A contrario, une planche rigide pourra offrir des shapes différents sur la carène afin de limiter les frottements avec l’eau, favoriser la glisse comme une concave ou double concave, gagner en vitesse et décoller.

Une fois avoir mis un peu plus d’énergie au décollage, le comportement d’une board gonflable est quasiment identique à une board rigide. L’intensité des appuis est telle que la rigidité de la planche est moins nécessaire et il n’y a plus de prise de care. Enfin la question de la compacité se pose un peu moins car les planches rigides dédiées au wing foil sont conçues compactes. On aura sûrement un peu moins de crainte avec une planche gonflable si on prend l’avion par exemple.

“A quoi servent les straps sur une board ? sont ils utiles sur la planche quand je débute ?”

Les straps sont souvent aperçus sur les photos de riders aguerris qui sautent et font des figures. Ils permettent en effet de pouvoir garder la planche à ses pieds comme le kite ou le windsurf.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par balz müller (@radiculo)

Pour les personnes moins initiés, l’instabilité générée par le vol nécessite des appuis centrés sur la planche bien au-dessus du foil. C’est indispensable au début pour se lancer et décoller. Les straps peuvent être également synonyme de peur de rester coincer dedans et se faire mal mais bien réglés/ouverts cela réduira les risques de blessures. Néanmoins, ils peuvent aider au placement des pieds sur la planche et faciliter le décollage de la planche lors des phases de prises de vitesse et de pumping.

L’apprentissage du wing foil peut se faire largement sans straps également et donnera plus de liberté pour trouver ses repères soi même.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Theo Pep’s (@theo.joly_)

“J’ai vu différents boîtiers sur les planches, et une poignée sous la planche pourquoi ?”

On peut effectivement voir deux type de boîtier : Boitier DEEP TUTTLE (gauche) ou US (droite)

Si on rencontre parfois des planches avec un boîtier Deep Tuttle, cela vient sûrement des ailerons/foils du windsurf dans lequel il n’est pas rare de le rencontrer. Désormais, la majorité des foils ont un boîtier US. Une planche disposant de ce boîtier sera préférée, tant pour la compatibilité des foils que pour une éventuelle revente.

“Quel shape/volume est adapté à mon gabarit pour faciliter mon apprentissage ?”

Il y autant de réponses que de riders !  Les marques, et désormais il y en a beaucoup,  explorent de nombreux shapes différents ! Ils communiquent également sur des comparateurs en fonction de votre poids, mais tout rentre en jeu : la condition physique, l’expérience vis à vis des sports nautiques,de conditions et de plans d’eau différents. Néanmoins, je donnerais les conseils suivants à ceux qui veulent se lancer.

Pour une pratique exclusive du Wing foil, on privilégiera des shapes courts avec un double concave ou concave simple avec un léger rocker (grossièrement l’inclinaison du nose de la planche vers le haut). L’apprentissage du foil conduit souvent à faire des rebonds sur l’eau autrement dit des décollage / atterrissage répétés souvent par manque de vitesse et de maitrise du foil. Avec un léger rocker sur la planche,  l’objectif sera de ne pas s’enfoncer dans l’eau et tomber lors de cette phase d’atterrissage. Il faudra aussi assez de largeur pour être assez stable et démarrer facilement surtout si le plan d’eau dans lequel vous naviguez est agité et si vous n’avez pas beaucoup d’expériences.

Le meilleur moyen de ne pas se tromper finalement ce serait d’essayer le matos. Les communautés sur les réseaux sociaux sont solidaires et très réactives. Les gens sont prêts à y laisser conseils, photos, retours d’expérience et même faire tester du matos. Sinon, rapprochez vous de votre surfshop le plus proche, des riders passionnés pourront vous aider et conseiller. Si toutefois, votre matos ne vous correspond pas, les marques sont rapidement en rupture de stock, donc il sera plus aisé de le revendre sur les plateformes dédiées.

Pour suivre Théo Joly

https://www.instagram.com/theo.joly_/

A propos de l’auteur

Laura Desmit

Étudiante en école d'ingénieur et passionnée de sports de glisse, Laura est une nageuse à la base et a découvert le Stand Up Paddle en 2019, qu'elle a tout de suite adoré. Aujourd'hui, elle mixe les sports de glisse (surf, SUP, pirogue) avec sa passion pour la natation en faisant du SwimRun.

To follow Laura:

  • Instagram Link
Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only