Paul-Conrad Delaëre, Waterman au grand coeur

Le Waterman Paul-Conrad Delaëre ne s’arrête jamais. Quel que soit le support, et ils sont nombreux, il met toute son énergie au service de ses rêves de voyage sportif, de ses proches ou d’associations caritatives, parfois les trois en même temps! Le nordiste, rider-ambassadeur de la marque Saint-Jacques Wetsuits, installé en Corse depuis bientôt trois ans, revient pour TotalSUP sur son actualité et ses récents trips diamétralement opposés (Tahiti / Laponie!), sur ce qui fait les atouts de la Corse comme destination de SUP et le charme des vêtements techniques dont il est devenu l’égérie.

Salut Paul-Conrad, peux-tu nous dresser ton profil de waterman et nous parler de ton actualité?

Je pratique le stand up paddle en surf depuis 2006, la race depuis 2010, le surf, bodysurf, kitesurf, windsurf, le foil et l’outrigger OC1.  Fin 2018, TotalSUP et Air Tahiti Nui m’offrent la possibilité de me rendre à Tahiti pour participer à la KXT Watermana, des épreuves de Watermen et Waterwomen sur 1 semaine. Je suis partie pendant 4 semaines  afin de profiter au maximum des archipels polynésiens.

Courant janvier 2019 j’ai suivi ma compagne en Laponie où elle participait à un raid 100% féminin au profit de la lutte contre le cancer du sein. Une belle aventure dans un décor de rêve puisqu’il s’agit ni plus ni moins du village du Père Noël, à Rovaniemi. Pour 2019, je projette de faire certaines courses de l’Eurotour, les championnats de France de SUP bien sûr mais également de me lancer sur les courses d’OC1 en faisant une ou deux sélectives ainsi que les championnats de France d’OC1, ça va être fun.

J’aimerais accomplir le tour de Corse en SUP, je ne sais pas encore si je vais pouvoir le faire cette année mais ça sera à moyen terme. Je souhaiterais le faire pour des associations qui me tiennent à cœur.

Parle-nous en détail de ton expérience du Watermana 2018 ?

Courant Novembre 2018, je me suis donc rendu à Tahiti afin de participer au Watermana KXT. De par mon activité professionnelle de masseur-kinésithérapeute, j’ai eu la chance de pouvoir m’organiser en trouvant une remplaçante afin de m’y rendre. Tout commença par 2 semaines de préparation avec Ludo Teulade sur l’île de Tahaa où nous logions chez le papa d’Agathe Rodier, la copine de Ludo. Le cadre était tellement idyllique. Nos journées débutaient dès le lever du soleil, vers 5h du matin.

Elles étaient rythmées par les entrainements de SUP, de Prone, de natation et surtout de surf. La deuxième semaine Joseph Gueguen nous a rejoint à Tahaa. C’était tellement plaisant de profiter avec les amis des conditions tahitiennes mais aussi hyper enrichissant sur les plans humain et sportif. Puis pendant une semaine se déroula le Watermana sur l’ile de un enchainement d’épreuves pluriquotidiennes et ceux durant 5 jours. Là encore c’était incroyable sur le point de vue sportif, humain et personnel.

Nous frôlions les limites de notre corps et apprenions énormément  sur nous-même mais aussi des autres. Chaque individu est unique, chacun a ses propres armes et pourtant, hommes-femmes, de 20 à 55 ans,  nous étions tous capable de le finir. La dernière semaine j’ai profité de Tahiti où j’ai profité de magnifiques sessions de foil en compagnie de Patrice Chanzy et Mathieu Fouliard. C’était tellement dingue de foiler du 2m parfait dans une eau translucide. Ce trip tahitien était un rêve devenu réalité. C’est un voyage incontournable pour tout Waterman. Les Tahitiens sont vraiment en relation directe avec l’océan, c’est très inspirant.

Tu vis maintenant en Corse et semble être ravi de ce choix de vie. Décris-nous les conditions de pratique de la glisse en Corse.

Je vis en Corse depuis maintenant 2 ans ½. A la base ça partait d’un projet professionnel que nous avions avec ma compagne, l’idée était de voyager pour trouver un endroit où nous étions bien professionnellement et personnellement. Au final j’y suis toujours ! Il y a le coté agréable de la vie insulaire sans les inconvénients d’être loin de la métropole.

Il y fait bon d’y vivre et j’ai trouvé mon terrain de jeu idéal. Je peux tout faire, du SUP race, du surf, du foil, de l’OC1 ainsi que les plaisirs de la montagne. Peu importe les conditions, il y a toujours des bonnes raisons d’aller dans l’eau. Par respect pour les locaux, je ne veux pas décrire des spots particuliers mais je peux dire que nous avons régulièrement des conditions. De part sa position géographique, nous captons plus facilement les houles.

Comment est la scène du stand-up paddle en Corse?

Le SUP est bien sûr présent en Corse avec des rameurs aux 4 coins de l’île. Mais la topographie du terrain rend les déplacements plus difficiles. Nous peinons pour nous retrouver régulièrement afin de profiter de training en groupe. Quelques petites courses sont organisées mais ce n’est que ponctuel. Je m’entraine bien plus souvent avec les dauphins qu’avec les paddlers !

Parmi tes sponsors tu es suivi par la marque Saint Jacques Wetsuits qui n’hésite pas à te mettre en avant sur ses visuels. Quelle est ta relation avec la marque ?

Je suis chez Saint-Jacques Wetsuits depuis 1 an ½ à présent. Ils m’aident en fournissant le néoprène. J’adore leur collection, ils ont des produits vraiment originaux et bien finis. C’est une marque assez récente et au fur et à mesure ils proposent de nouveaux produits dans leur gamme, toujours avec beaucoup d’originalité. C’est ce qui fait la différence sur le marché je pense.

Du coup dis nous en peu plus sur les modèles de vêtement technique de Saint Jacques que tu utilises le plus?

Chez Saint-Jacques j’utilise la Stan 4/3 pour les sessions de surf, de SUPrace en technical race engagée. C’est la combinaison intégrale chaude et souple par excellence. Et grâce à ses motifs sobres, nous marquons la différence sur le peak et c’est aussi très appréciable pour le photographe sur le bord de plage.

Ensuite j’utilise beaucoup le T-shirt UPF50+. Il est top pour tous les sports, aussi bien sur l’eau, dans l’eau et sur terre. Le Léon est aussi un modèle phare, il s’agit du long-john ultra-looké pour les pratiques hivernales engagées en SUPrace ou OC1 mais aussi pour les sessions au sunset quand viennent les beaux jours. Le boardshort bien sûr, que j’utilise dès le mois d’avril pour les trainings. Une pièce sympa aussi, le Polo, un polo en neoprène, très stylé et très sympa pour les conditions douces en surf. Le Spencer est un top néoprène manche longue, très bien pour les sessions hivernales où il peut y avoir un risque de chute dans l’eau.

Et alors bientôt un tour de Corse?

J’ai pour projet de faire le tour de la Corse en SUP. Ca me trottait dans la tête depuis un moment mais l’élément déclencheur fut la prise en charge d’un patient atteint d’une maladie rare. Je voulais faire ce tour afin d’aider sa famille à récolter des fonds pour une hospitalisation à l’étranger. Malheureusement la vie en a destiné autrement.  Je voulais maintenir symboliquement ce tour prévu initialement en mars pour une association mais la vie en a vraiment décidé autrement puisque nous avons décelé, ces derniers jours, une tumeur cérébrale chez mon papa. Je dois alors me concentrer sur cette priorité.

Mais je souhaite vraiment faire ce tour pour le profit d’une association, je l’espère très prochainement. Le projet est de le boucler en 7 jours, soit plus de 70 KM par jour pour un total de 500 KM environ. Les conditions météorologiques détermineront le sens. J’aurai une assistance sur l’eau en cas de problème et pour les ravitaillements. C’est une ile très capricieuse, en été il y a régulièrement des thermiques d’ouest, pas vraiment génial de faire un coté par vent de travers. Je vais donc me baser sur des statistiques météorologiques afin de déterminer la période optimale.

Plus d’infos sur Saint Jacques Wetsuits :

TotalSUP Newsletter