Le Coach : Stand Up Paddle et Tendinites

25th February 2014

Tagged: ,

La tendinite… Des milliers de sportifs sont confrontés à cette pathologie à laquelle n’échappent pas les pratiquant de Stand Up Paddle.  Quelles sont les explications ? Comment prémunir son apparition ? Ou enfin comment guérir ces douleurs qui pourrissent la vie ? A travers mon expérience sportive, voici quelques éléments de réflexion non exhaustifs qui m’ont amenés à chercher les solutions pour guérir mais aussi pour prévenir une récidive de ce problème qui est apparue au début de ma pratique du Stand up paddle. Je n’ai rien découvert ou inventé, c’est à travers les récits, ouvrages ou études que j’ai cherché à comprendre ce phénomène qui ma parfois amené à tester des idées des plus saugrenues !

Recherche des causes

J’ai ramé pendant quinze ans en kayak sans jamais avoir ce problème. Est ce l’âge avancé de mes tendons qui m’indique la fin de ma carrière sportive ? Est-ce mon implication à 200%, attrapé par le virus du Sup ? Est ce également le matériel qui n’était pas totalement adapté au début de cette nouvelle pratique sportive ?

Vous l’avez compris , il n’existe pas une mais plusieurs explications qui peuvent intervenir dans l’apparition de cette pathologie. D’ailleurs il n’y a pas que les sportifs à être touchés. Les métiers répétitifs, à la chaîne y sont également confrontés. Les causes peuvent donc être nombreuses, répétition, surmenage, effort intense, mauvaise technique, positionnement.

Les causes peuvent être également d’origine alimentaire. Denis Riché, dans de nombreux ouvrages et articles, évoque un lien entre le lait de vache et les tendinites. Une mauvaise hydratation, un problème dentaire ou infectieux peuvent être également l’origine, la conséquence de ce mal.

Prévention

L’adage «Il vaut mieux prévenir que guérir» a ici, également toute son importance pour les nombreux sportifs Supeur. N’hésitez donc pas à vous faire conseiller par les magasins ou autres spécialistes du SUP pour bien choisir votre pagaie. Je vous conseille le maximum de souplesse dans le manche ou la palle pour débuter. Progressivement et suivant votre profil de pratique vous pourrez adopter plus de rigidité.

Prendre des cours avec moi ou tout autre charmant professeur bronzé et musclé vous permettra de comprendre la ou les techniques idéales les moins traumatisantes. Evitez d’avoir le coude du bras supérieur au dessus de l’épaule quand vous ramez !!! Travaillez le relâchement durant la phase aérienne !!! Là encore je pourrais vous écrire un roman indigeste (pour certains) sur la technique mais le mieux est de prendre un cours pour que je puisse m’adapter à votre niveau et votre expérience sportive.

L’hydratation

Une bonne hydratation permet également de prévenir le risque de pathologie tendineuse.

Attention ce n’est pas la bière que les cyclistes mettaient il y a quelques années dans leur bidon ou celle juste après l’entrainement qui va vous hydrater correctement, quoiqu’elle a certainement des effets bénéfiques. L’hydratation passe déjà par les recommandations de l’OMS*: boire 1,5 litres d’eau par jour (adulte sédentaire climat tempéré) mais dès lors que vous pratiquez une activité sportive il faudra augmenter cet apport hydrique. En SUP il est difficile d’emporter une grande quantité d’eau avec soi et il n’y a pas de ravitaillement, donc, raisonnablement vous pouvez partir avec 0,6 litre par heure de pratique qu’il faudra ajuster en fonction de nombreux paramètres (température, intensité,humidité, durée ….)

Médecine et médecine parallèle

Les principaux tendons sollicités en SUP sont ceux des coudes et des épaules. Suivant la localisation de la douleur on parlera d’une épitrochlée ou épicondylite (tennis eblow) pour le coude. Bien évidement je vous conseille de consulter un professionnel de santé le plus tôt avant que la douleur devienne difficilement supportable et invalidante. Le repos et les anti-inflammatoires sont fréquemment les premiers conseils prodigués, il convient de les adapter à chaque type de pathologie tendineuse. Tendinite ou tendinopathie, le terme employé pour qualifier cette douleur peut varier par sa chronicité ou non. Le repos complet et les anti-inflammatoires ne sont donc pas forcément la solution, surtout si la douleur s’est installée depuis plusieurs semaines et qu’elle n’est pas intense. Malgré tout, il faut éviter de trop solliciter le tendon douloureux et commencer par analyser la cause de votre douleur ( mauvaise hydratation, répétition, matériel ou technique inadaptée …)

La kinésithérapie peut être d’une aide précieuse en pratiquant un massage transverse profond et/ou un traitement par onde de choc. Le kinésithérapeute peut également vous expliquer les nombreux étirements possibles et les exercices pour un travail de rééducation en excentrique.

Il existe de nombreuses autres médecines parallèles, ostéopathie , phytothérapie … qui peuvent vous venir en aide, avant des méthodes plus invasives comme l’infiltration ou la chirurgie.

Mon expérience 

Personnellement, j’ai tout d’abord privilégié la modification de ma technique, de mon matériel et de mes habitudes alimentaires et hydriques. Ensuite, le kiné m’a beaucoup apporté de connaissances comme cité précédemment. Enfin j’ai aussi testé des massages avec un mélange d’huile d’amande douce et de Gaulthérie ou aussi un mélange préparé en pharmacie à base de Gaiacol salicylate, Glycerine et teinture d’iode.

Je ne saurais vous dire ce qui à été le plus bénéfique pour la guérison puisque j’ai expérimenté différentes solutions.

Après plusieurs mois et un investissement régulier la douleur à totalement disparu.

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only