Interview avec Alexandre Bicrel, le SUPer Bordelais

27th June 2017

Tagged: ,

Alexandre Bicrel est l’un des meilleurs juniors français. Entre SUP et études, le Bordelais est plein d’ambitions et d’envies. Alexandre qui s’aligne sur plusieurs courses internationales, notamment à Hawaii, a signé avec NSP au début de la saison afin de continuer sa progression.

Bonjour, Alexandre, tu viens de signer avec NSP, peux-tu nous en dire plus sur toi et pourquoi avoir choisi NSP ?

Salut TotalSUP, je suis Alexandre Bicrel, j’ai 17 ans, j’étais en terminale S cette année et l’année prochaine je prévois d’aller en Prépa ECS (anciennement prépa HEC) à Brest.

Enfant, c’est mon père qui a commencé à m’apprendre le windsurf, puis je me suis dirigé vers le surf et en 2013 je suis passé au SUP surf. 2 ans après j’ai commencé le SUP race avec ma première coupe de France et ensuite les championnats 12’6 à Ste Maxime en 2015.

Je suis entré en contact avec NSP par le biais de Vincent Verhoeven. J’avais aussi eu la chance de faire la Maui2Molokai et la Molokai2Oahu sur des NSP en 2016 et de rencontrer là-bas Alain Teurquetil, designer des SUP race NSP.

Le plus chez NSP c’est le fait que la marque pouvait à la fois me soutenir en SUP surf et SUP race, mais aussi me permettre d’être présent sur les courses internationales. C’est très motivant de faire partie d’une équipe avec des champions comme Travis Grant et Titouan Puyo !

Tu viens de passer ton bac, comment as-tu réussi à concilier SUP et révisions ?

Toute l’année cela a été compliqué de concilier SUP et cours car le dossier compte beaucoup pour les études supérieures. J’essayais cependant de ramer plusieurs fois par semaine, entre 3 et 4 fois dont 2 le week-end.

Ces derniers temps avec le bac c’était un peu plus dur d’aller ramer, mais cet été je compte bien profiter des vacances pour m’y remettre à fond avec l’aide de Vincent Guillaume, mon préparateur physique, THE coach !

Tu voyages beaucoup grâce au Stand-Up Paddle. Peux-tu nous parler un peu des courses que tu as faites et des spots qui t’ont marqué?

L’année dernière j’ai eu la chance de faire la Maui2Molokai en solo (43kms) et deux semaines plus tard de faire la Molokai2Oahu en équipe de trois avec deux jeunes Hawaiiens. La moyenne d’âge du groupe était de 15 ans et on a terminé à la deuxième place en 5h01 !

Les spots qui m’ont spécialement marqué sont Ho’okipa à Maui pour surfer et faire du windsurf, et le Gulch de Maliko pour les départs des Downwinds.

Ce sont des spots qui m’ont particulièrement marqué car Ho’okipa est LE spot mythique pour le wind. C’est le lieu où toutes les légendes se mettent à l’eau. Le Gulch c’est synonyme d’un départ imminent pour un des meilleurs Downwinds Runs du monde !

Tu rides principalement en région bordelaise, peux-tu nous donner un aperçu du SUP là-bas ?

En effet, j’habite Bordeaux, et pour le SUP race, je rame avec le Club des Marins de la Lune directement sur la Garonne et le week-end avec Le Médoc Waterman Club. Dans chacun des deux clubs, je retrouve des groupes de 3-4 personnes motivées. C’est tellement plus stimulant de s’entraîner à plusieurs.

Pour les spots, on est le week-end près de Soulac où en fonction des marées et du vent on a quelques bons downwinds et du SUP surf – surf sur la côte entre Soulac et Montalivet.

Sur quelles courses vas-tu t’aligner cette année ?

le 31 juillet je vais participer à la Molokai2Oahu, toujours en équipe de 3.

Ensuite direction l’Oregon avec une partie de l’équipe NSP pour quelques bons downwinds et la course de The Gorge.

En France je compte participer à deux Championnats de race, 12’6 et 14’, ainsi qu’à celui de SUP surf en novembre.

 

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only