Ze Race 2016: Romuald Mamadou et Olivia Piana Vainqueurs!

Olivia Piana et Romuald Mamadou dĂ©montrent encore une fois leur supĂ©rioritĂ© en downwind en s’offrant respectivement une superbe victoire sur Ze Race 2016 qui aura marquĂ© les esprits et Ă©tablissant des temps rĂ©fĂ©rences sur un nouveau tracĂ© qui semble ĂȘtre le bon pour maximiser la glisse. Les 2Ăšmes sont tout aussi impressionnants et inattendus avec un Boris Jinvresse qui prend de l’ampleur et sa compagne Amandine Chazot qui manque de crĂ©er la surprise.
(Photos: J.Land, Caribbean Skyview)

Le fil de la course

Samedi 30 janvier, les conditions Ă©taient rĂ©unies pour que le mĂ©ga downwind tant attendu de Ze Caribbean Race soit des plus roulants pour les 46 participants, toutes disciplines confondues, entre l’ület de Petite-Terre et la Marina de Pointe Ă  Pitre. Un nouveau parcours pour Ze Race qui semble avoir trouvĂ© la bonne formule avec ce tracĂ© de 50 kilomĂštres plaçant le point de dĂ©part et d’arrivĂ©e dans l’axe des alizĂ©s, et permettant de limiter les risques d’évĂ©nement sans bump et de maximiser la glisse, contrairement à l’édition 2015.

AprĂšs une traversĂ©e de 45 minutes en navette de tourisme depuis la petite gare maritime de Saint François, c’est dans les eaux turquoises de Petite-Terre, accessoirement pouponniĂšre de petits requins citrons (inoffensifs !) que prend le dĂ©part pour les 26 paddlers engagĂ©s: 16 en solo (12 garçons et 4 filles) et 10 en 5 équipes de 2.

AprĂšs une Ă©mouvante cĂ©rĂ©monie en cercle orchestrĂ©e par StĂ©phane Bodet, prĂ©sident du Watermen Karukera, club organisateur de Ze Race, surfskis devant, suivis des Outriggers, puis les paddles et deux participants en prone paddle, s’élancent sur le mĂȘme appel au dĂ©part lancĂ© depuis un bateau suiveur entre les deux Ăźlets qui composent Petit-Terre.

Romuald Mamadou prend tout de suite le meilleur dĂ©part bien dĂ©cidĂ© Ă  rester sur la mĂȘme dynamique de victoires que ces derniĂšres semaines. Agile comme un chat et hyper dynamique sur la houle, le champion de Guadeloupe  connecte les bumps et avale les 50 kilomĂštres en un temps impressionnant : 4 heures et 25 minutes ! Un temps qui servira bien entendu de rĂ©fĂ©rence pour les Ă©ditions futures si le tracĂ© est maintenu. Romuald Mamadou s’offre mĂȘme le luxe d’arriver devant 5 des 9 pirogues en lice ! Oui oui, quand c’est bien fait le paddle peut aller plus vite qu’un outrigger ! Comble du champion, il ne prend mĂȘme pas le temps de ravitailler : “j’étais bien et je savais que je pouvais tenir 4h30 avec mes 3 litres d’eau. Il me restait 50 ml Ă  l’arrivĂ©e.”

Chez les fĂ©minines, Olivia Piana confirme son excellente forme et sa maĂźtrise du downwind en remportant Ze Race aprĂšs 10 jours d’un sĂ©jour GuadeloupĂ©en oĂč sa connaissance technique des bumps (et sa disponibilitĂ© Ă  la partager) Ă©tait Ă©clatante. Cependant, contrairement Ă  ce que l’on attendait, elle n’écrase pas sa rivale et « Starboard team mate », Amandine Chazot en ne la distançant que de 4 minutes. Pour rappel, 30 minutes sĂ©parait les deux championnes le week-end prĂ©cĂ©dent lors du Karukera Kayak Challenge sur une distance de 20 kilomĂštres et dans des conditions dantesques, trĂšs apprĂ©ciĂ©es d’Olivia. Un rĂ©sultat sur Ze Race que l’on doit autant au dĂ©part un peu trop rapide d’Olivia et Ă  une excellente performance d’Amandine. Olivia se fait donc un peu peur en admettant avoir « exploser en vol » et on ne peut qu’admirer sa tĂ©nacitĂ© Ă  aller jusqu’au bout et maintenir son avance.

Boris Jinvresse rĂ©alise une performance magnifique, marque les esprits et prend de l’ampleur avec une deuxiĂšme place entre le roi du downwind, Romuald Mamadou, et le roi de la longue distance, Florent Dode. Plus dĂ©terminĂ© que jamais, il gĂšre son duel avec Florent avec brio en relançant Ă  chaque fois qu’il est repris par le pensionnaire du club de Vieux-Boucau. Son match avec son ami et coach Amaury Dormet n’aura pas lieu. Ce dernier, blessĂ©, abandonnera, non sans regret au bout de 8 kilomĂštres de course.

Florent Dode a donc jouĂ© Ă  « un coup moi un coup toi » avec Boris Jinvresse pendant quasiment toute la course. Boris ne se laissant pas faire, Florent a tentĂ© un coup de poker qui ne sera, malheureusement pour lui, pas gagnant. Il se rapproche de la cĂŽte Ă  partir de l’ület Gosier Ă  5 kilomĂštres de l’arrivĂ©e en espĂ©rant avoir plus de bumps. MalgrĂ© un tracĂ© un peu plus court, c’est un peu plus au large qu’il fallait rester pour bĂ©nĂ©ficier jusqu’au bout du maximum de vent, ce qu’a fait Boris Jinvresse.

GaĂ©tan SĂ©nĂ© refait peau neuve avec une belle 4Ăšme place, qui n’était pas gagnĂ©e au vu de ses rĂ©sultats le week-end prĂ©cĂ©dent sur le Karukera Kayak Challenge, dĂ»es essentiellement Ă  des chutes Ă  rĂ©pĂ©tition. La houle toute droite aura Ă©tĂ© clĂ©mente avec sa board qui ne semblait pas aimer les sidewinds. GaĂ©tan prend un dĂ©part prudent et fait une belle remontĂ©e sur la moitiĂ© du parcours pour maintenir une 4Ăšme place moins de deux minutes devant Olivia Piana.

Amaury Dormet Ă©tait donc l’un des candidats au podium et avait trĂšs bien dĂ©marrĂ© son sĂ©jour en Guadeloupe en se plaçant deux fois 3Ăšme sur l’épreuve du Karukera Kayak Challenge sur Basse Terre. Malheureusement il se blesse aux cĂŽtes la veille et jette l’éponge au bout de 8 kilomĂštres, gĂȘnĂ© dans ses mouvements. Déçu, car bien prĂ©parĂ© Ă  la lutte pour un podium, il terminera la course sur son bateau suiveur mais reste philosophe.

Amandine Chazot, manque de peu de crĂ©er la surprise en ne se laissant distancer que de 4 minutes par Olivia Piana alors qu’une demi-heure la sĂ©parait de sa coĂ©quipiĂšre et rivale sur un tracĂ© de 20 kilomĂštres le week-end prĂ©cĂ©dent. Elle termine juste derriĂšre cette derniĂšre avec une superbe 6Ăšme place au scratch. Amandine a notamment beaucoup souffert dans la premiĂšre heure en tombant beaucoup dans la houle croisĂ©e Ă  la sortie de Petite-Terre. Mais comme l’indique l’un de ses poursuivants pendant la course, Fabrice Orfila, 9Ăšme « une fois qu’elle a eu dĂ©cidĂ© de mettre le turbo, impossible de tenir son rythme ». Elle termine les 5 kilomĂštres sans eau avec un ravitaillement de 2 litres. 

Franck Le Ven, n’aura pas connu les mĂ©saventures de sa premiĂšre participation Ă  Ze Race l’annĂ©e derniĂšre marquĂ©e par les malaises et vomissents Ă  rĂ©pĂ©tition. DĂ©cidĂ© Ă  prendre un maximum de plaisir il termine beau 7Ăšme au scratch et 5Ăšme garçon.

Olivier Darrieumerlou est la belle rĂ©vĂ©lation de Ze Race. L’ami et voisin de Florent Dode qui a dĂ©marrĂ© le SUP race en mai dernier est un sportif accompli que l’on devrait certainement revoir cette annĂ©e. Tout partait pourtant trĂšs mal pour ce jeune papa de deux enfants en bas Ăąge. ChahutĂ©e dans le transport jusqu’à Petite-Terre, sa board prend un immense pet dĂ©couvert Ă  1 heure du dĂ©part. Avec l’aide de plusieurs personnes et Florent Dode aux commandes, un pain de wax TotalSUP (clin d’Ɠil) et du ruban adhĂ©sif, le coup (au moral) est temporairement rĂ©parĂ© et Olivier prend un trĂšs bon dĂ©part sans savoir combien de temps il pourra tenir avec une planche endommagĂ©e.  Et bien ça tient (merci Florent !). En 5h20 il termine 8Ăšme.

Stéphanie Jeauneaux, compagne de Stéphane Bodet, vient fermer le podium chez les féminines et conclut le parcours en 6 heures et 33 minutes.

A noter un autre abandon, celui de Morgan LagraviÚre. Le navigateur français originaire de La Réunion, inconnu dans le SUP, avait surpris par une 5Úme place sur les 20 kilomÚtres du Karukera Kayak Challenge et espérait créer une nouvelle fois la surprise.

Un autre match dans le match avait lieu, celui des relais. C’est la paire trĂšs affĂ»tĂ©e Cyrille Curtit / Thomas Martin-Bastisti (deux locaux) qui l’emporte en 4h55, 40 minutes devant leurs plus proches poursuivants composĂ©s du boss de Bomber Eyewear Europe Enzo Porcelli et de Pierre Leclainche.

Ne rien lùcher pour faire partie des FINISHERS de Ze Race!

Pour la petite histoire, qui pourra ĂȘtre Ă©ventuellement utile Ă  tout candidat futur à Ze Race, le scĂ©nario catastrophe c’est votre journaliste-rider TotalSUPien qui l’a vĂ©cu
 enfin moi quoi.

La petite sĂ©rie noire commence la veille: au lieu de me coucher Ă  21h comme prĂ©vu pour un lever en pleine forme à 5 heures du matin, une tĂ©tine de poche d’eau dĂ©faillante Ă  la derniĂšre minute et un problĂšme de code PUK au moment d’insĂ©rer le tĂ©lĂ©phone dans sa housse Ă©tanche, font que c’est en beau pied-nickelĂ© et Ă  minuit que je me couche stressĂ© et dĂ©moralisĂ© avec une logistique de ravitaillement bricolĂ©e avec des bouteilles en plastique (oui oui, celles que l’on sort du sac Ă  dos qui est sous le dossard, une fois qu’on a bien pris le temps de s’asseoir sur sa planche ! … ah c’est sĂ»r je ne partais pas favori…) sans oublier l’heure passĂ©e sur un site d’opĂ©rateur tĂ©lĂ©phonique sous connection internet digne du minitel en 1986 pour pouvoir rĂ©activer mon tĂ©lĂ©phone ! 

Bon dĂ©part ceci dit ! Les 10 jours passĂ©s auprĂšs de champions et riders d’expĂ©rience citĂ©s ci-dessus m’ont fait passer du complet novice en downwind Ă  celui qui a au moins compris comment ça marche, me permettant de me maintenir dans le top 10 sur 10 kilomĂštres en applicant consciencieusement tous les conseils prodiguĂ©s depuis mon arrivĂ©e en Guadeloupe.

Mais habituĂ© Ă  l’eau plate – triple sens – la houle a Ă©tĂ© plus forte et un mal de mer me scie l’estomac au bout d’une heure, accentuĂ© sans aucun doute par une hydratation exclusivement Ă  la boisson Ă©nergĂ©tique, pourtant bien assimilĂ©e Ă  l’entraĂźnement. Une opĂ©ration « survie-dĂ©gueulis » s’ensuit avec un sac de ravitaillement de 3 litres d’Isostar inutiles et en bouteilles (lol !) sur le dos et une bouteille d’eau donnĂ©e par un accompagnateur coincĂ©e sous une poignĂ©e de la planche. Ah ça avait de la gueule ! EncouragĂ© par plusieurs bateaux suiveurs, je termine comme je peux les 40 kilomĂštres restant. Objectif atteint : non sans mal, je fais partie du clan restreint des FINISHERS de Ze Race !

Les résultats

A propos de l’auteur

Mathieu Astier

Mathieu is the hyper-active founder of TotalSUP and a multilingual online marketing veteran with more than 20 years of experience working for top international internet companies. His love-at-first-sight for Stand Up Paddling in 2013 led him to build one of the leading online media dedicated to SUP in English and French and to turn his family lifestyle towards the ocean.

To follow Mathieu:

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only