Henere Harrys et Hinarii Yiou de retour du WTT Round 3 à Huahine: “aller encore plus loin dans nos efforts, bien au-delà de nos limites”

Le round 3 du Waterman Tahiti Tour a tenu toutes ses promesses les 25 et 26 mai derniers sur l‘île d’Huahine. Le ton avait été donné par le nom donné à cette étape: “Huahine, l’île des derniers guerriers”. Comme à chaque fois, les waterman et waterman kids ne savaient pas à quoi s’attendre et s’affrontent épreuves après épreuves. Hinarri Yiou et Henere Harrys deux waterman polynésiens reconnus se sont prêté au jeu de l’interview croisé.

Ia’orana Hinarii, Henere, pouvez-vous vous présenter ?

Hinarii : Je m’appelle Hinarii Aurélie YIOU-HALLIGAN, j’ai 36 ans et je suis née à Tahiti. Je suis la cadette d’une fratrie de 3 enfants. Ma mère est originaire de Rangiroa et mon père de Tahaa. Mon grand-père maternel a des origines néo-zélandaises et mon grand-père paternel des origines chinoises…. On peut dire que je suis une “pure” demie (tahitien de divers origines) : paumotu (ndlr : nom et langue des habitants des Tuamotu, l’un des atolls polynésien), tahitien, néo-zélandais, anglais, chinois mais de nationalité française. C’est ce qui donne peut-être ma force, ce mélange sanguin de plusieurs origines 😉
Mon père étant militaire, j’ai grandi aux Tuamotu puis nous sommes revenus à Tahiti pour mon entrée au collège. Mon terrain de jeu était l’océan depuis toute petite car dans les Tuamotu, il n’y a pas de montagnes, pas de rivières. J’ai également eu la chance d’avoir des parents sportifs, je me suis donc naturellement mis au sport et j’y ai vite pris plaisir. J’ai également pratiqué le tennis durant mon enfance ainsi que du basket et de l’athlétisme. Parallèlement, je surfais en longboard et je faisais partie d’une troupe de danse (Hei Tahiti) qui a remporté plusieurs fois le Heiva i Tahiti (ndlr: la compétition de danse polynésienne la plus réputée) et cela m’a permis de voyager à l’international. Petit à petit, je me suis passionnée pour le stand up paddle car je trouve que c’est un sport assez complet physiologiquement et qui me permet de rester connectée avec la mer, la nature, l’océan. Cette passion m’a poussé à participer à quelques compétitions dès 2013 mais aussi au Waterman Tahiti Tour dès 2014. En 2014, 2015, 2018 je suis même Championne de Polynésie en SUP race.
Maintenant, mère d’un garçon de 3 ans, je continue à pratiquer ce sport pour la forme et la santé d’abord mais aussi car j’aime les défis, les challenges. Je me suis remise aux compétitions de SUP mais aussi à la WTT d’où mon engouement à participer à la WTT 2019.

Henere : Je m’appelle Henere Harrys, j’ai 21 ans et je suis originaire de Tahiti. J’ai grandi dans la commune de Faa’a Pamatai. Après une première année en science de l’éducation, je me suis tourné vers le sport en m’inscrivant à une licence S.T.A.P.S. Cependant, ne trouvant pas mon compte, je pense m’orienter vers le métier que j’ai toujours voulu faire et me lancer dans une formation pour devenir steward. J’ai toujours été sportif en pratiquant des sports « terrestres » ou nautiques, j’ai même intégré un parcours « sport – étude » au lycée en football. Pratique que j’ai dû arrêter suite à une blessure et c’est donc à ce moment-là que j’ai découvert le SUP & le Waterman Tahiti Tour auquel je participe depuis deux ans.

Photo: Nancy Dol / TotalSUP

Hinarii, comment as-tu vécu la 1ère journée du Waterman Tahiti Tour à Huahine ?

Les épreuves ont débuté sur la plage de Fare avec un grand soleil pour une belle journée. Nous avons commencé par une épreuve de 5km de va’a (ndlr : pirogue tahitienne), c’est la première fois que je rame en va’a aussi longtemps et vu mon résultat assez satisfaisant, je pense qu’il faudrait que je continue 🙂
Les jeunes ont ensuite pris le relais avec le Waterman kids challenge avant que nous nous lancions sur une première course de SUP. Pour clôturer la journée Stephan Lambert nous avait concocté un combo avec une nouvelle épreuve surprise : du tennis. Le temps s’était gâté, il pleuvait alors des trombes d’eau ce qui compliquait la tâche. J’étais très contente de cette épreuve originale pour des waterman, mais ce n’est pas pour autant que j’ai gagné ce warm up !
Sur cette première journée, une quarantaine de locaux âgés de 8 à 14 ans issus des associations sportives locales, ainsi que des nageurs du club de Pirae (Tahiti) ont participé au Waterman kids  j’étais ravie de les voir enthousiastes, contents et amusés. J’ai eu un déclic, ou plutôt une confirmation depuis le temps que je regarde les enfants lors des waterman kids. Je vais me lancer un nouveau challenge : la création d’une association sportive pour promouvoir le SUP mais également les activités connexes en lien avec la waterman kids, pour transmettre tout le savoir-faire et pour aider les jeunes à s’épanouir dans le sport afin d’éviter des dérives néfastes pour eux.

Photo: Jerome Brouillet Photography

Photo: Jerome Brouillet Photography

Photo: Jerome Brouillet Photography

Henere, tu es connu pour être un petit malin, peux-tu nous raconter comment as-tu « encore frappé » à Huahine ?

Je suis arrivé à Huahine une semaine avant l’événement ce qui m’a permis de prendre mes repères. Pour la première étape de SUP, j’ai pris un très bon départ ce qui m’a amené à mener la course avec Niuhiti Buillard. Les sensations étant bonnes, j’ai pris la décision de changer de cap pour prendre un petit chemin sur le récif que j’avais repéré quelques jours avant. Cette décision m’a permis de prendre 150m d’avance sur le paquet de tête composé de Niuhiti, George Cronsteadt et Fermando Stalla. Arrivé à la passe de Fare, George et Fernando m’ont rattrapé grâce à une vague. J’ai donc essayé de maintenir mon allure et je termine 5ème au général et 2nd Waterman (ndlr : l’organisation distingue le classement général au classement Waterman, soit ceux qui réalisent toutes les épreuves proposées durant l’étape)
Après des épreuves de danse sur les deux premiers rounds du Waterman Tahiti Tour, je me doutais que pour l’épreuve Warm-up, Stephan Lambert, nous préparerait une nouvelle surprise. Ancien tennisman professionnel et entraîneur sur Huahine, durant la semaine précédant le Waterman Tahiti Tour, il m’a accueilli à ses entraînements… j’ai donc vu arriver la fameuse surprise ! Nous avons donc réalisé un tournoi de tennis en plus d’un challenge de 3 minutes de pompes et 3 minutes de corde à sauter. Mon parcours tennis s’est arrêté en quart de final côté pompes et corde à sauter : J’ai fait de mon mieux….

Photo: Jerome Brouillet Photography

Teiki Conti en action – Photo: Jerome Brouillet Photography

Photo: Jerome Brouillet Photography

Bien joué Henere, comment se sont passé tes autres épreuves durant le week-end ?

Pour l’épreuve de Va’a la concurrence était plus dure, malgré un bon départ, les locaux expérimentés et spécialistes, comme Kevin Ceran-Jerusalemy ont vite pris la tête. Je me classe 3ème Waterman.

Photo: Jerome Brouillet Photography

Kevin Ceran-Jerusalemy – Photo: Jerome Brouillet Photography

La journée s’est poursuivi par le combo composé d’une boucle en prone, puis en nage et enfin en SUP.  Sorti 5ème en prone, je double Fernando Stalla sur la nage. Sur la dernière discipline, j’arrive à rattraper Atamu Conti et Ariihei Kincses pour prendre la deuxième place derrière Damien Trocquenet.

Photo: Jerome Brouillet Photography

Dimanche matin, nous avons débuté par la nage, qui n’est pas mon point fort, afin d’essayer de rester dans la course au classement, j’essaie de marquer les copains. Je prends la 5ème place Waterman juste derrière Kevin Ceran Jerusalemi.
La course de prone qui a suivit a été assez fun, car du début à la fin, nous ne savions pas qui allait la remporter. Le classement s’est décidé dans les vagues et c’est mon colocataire Ariihei Kincses qui s’impose, je termine 4ème.

Un mot sur le 425pro sup series ?

Henere : Le 425pro Sup series, était composé de trois courses sur ce round dont la première étape se déroulait le samedi. Dimanche il s’agissait des dernière épreuves du week-end! Stéphan nous a un peu surpris avec son départ «  Patahuna » (ndlr : surprise)  mais j’ai tout de même réussi à revenir sur les copains Waterman. Je finis cette première partie de 18km 1er waterman et 5ème au scratch ! Pour la seconde partie, il s’agissait de ramer 7km, je prends un bon départ et je tiens le train de George Cronsteadt et Niuhiti Bruillard avec Fernando Stalla et Mathieu Ayard, pour finir avec un sprint à l’arrivée où je termine 5ème au scratch et 2eme Waterman.

Photo: Jerome Brouillet Photography

Hinarii : Pour le 425pro SUP Series, si je peux me permettre, j’ai une petite suggestion à faire, je verrai bien une épreuve de sup sur ce spot de surf pour l’année prochaine pourquoi pas ? Car ramer des kilomètres sur une mer d’huile peu parfois paraître long. 😉 Les 18 km ont été très durs pour moi, avec l’accumulation de l’ensemble des épreuves la fatigue musculaire a commencé à se faire sentir mais c’est à ce moment-là que le mental prend le dessus. D’autant plus que l’île de Huahine est vraiment une île mythique. Le parcours m’a permis de visiter Huahine depuis le lagon avec une vue magnifique sur les berges. Les 7 km ont finalement été très intenses et rapides.

Photo: Jerome Brouillet Photography

Photo: Jerome Brouillet Photography

Qui était votre principal concurrent sur cette étape ?

Hinarii : Ma première concurrente est Vaimiti MAONI qui a remporté le round 1 de la WTT. A chaque épreuve, il y a vraiment eu un beau combat entre nous, c’est motivant et c’est ce qui nous pousse à aller encore plus loin dans nos efforts, bien au-delà de nos limites.

Photo: Jerome Brouillet Photography

Henere : pour le classement Waterman, je suis en concurrence avec Fernando Stalla et Damien Troquenet, d’autant plus qu’après la première journée nous étions les 3 à égalité. C’était une motivation supplémentaire pour attaquer les épreuves du dimanche.

Photo: Jerome Brouillet Photography

Le Waterman Tahiti Tour, c’est aussi une famille d’amis qui savent prendre du bon temps ensemble?

Henere: Tout à fait, nous logions comme pour le Watermana tous au même endroit, c’est hyper convivial. Nous avons clôturé le week-end par une soirée au Tumu Ora tous ensemble. Accueillis par un “Paripari” (ndlr: danses & chants traditionnels) , les waterman ont débuté la soirée par la remise du trophée au vainqueur du round 2 à Papara. Damien Trocquenet s’est donc vu remettre par Tea Hiroshi Flohr, waterman et artiste local le trophée qu’il avait lui même fabriqué (Olivia Piana gagnante chez les fille étant absente sur le round 3). Tamatoa Tauhiro, 14 ans, fils de Bruno Tauhiro, a été symboliquement récompensé pour son mental et son humilité lors des épreuves waterman kids mais surtout pour sa participation au 425pro Sup Series! Il a reçu une sculpture en bois d’une arme de guerrier traditionnelle.

Photo: Jerome Brouillet Photography

Photo: Jerome Brouillet Photography

Photo: Jerome Brouillet Photography

Les Résultats du Waterman Tahiti Tour 2019 – Round 3 – Huahine the wild

 

Prochain RDV: WTT Roun4 – Mahina Pointe Vénus – 15 et 16 juin

 

About the Author

Marie Esnaola

Originaire du Pays Basque Marie se tourne naturellement vers le Sauvetage Côtier et les courses de prone après des années de natation. Passionnée de sport, elle organise des évènements sportifs et BtoB et accompagne les entreprises en webmarketing.