Tarn Water Race 2022: le retour de Jean Letourneur au SUP Race par la case ULD !

Quelle belle et étonnante surprise que de retrouver au départ (et encore plus à l’arrivée) de la Tarn Water Race 2022, Jean Letourneur. Pour les nouveaux venus au Stand Up Paddle de Race, je m’empresse de rappeler que ce jeune malouin de 23 ans, a écrit avec sa famille et notamment son grand frère Martin Letourneur, un temps dans le top 3 français, les premières pages du SUP race français en étant entre 2012 et 2018 de quasiment toutes les compétitions. Une aventure sportive qui s’annonçait très prometteuse mais qui s’est arrêtée net lorsqu’il a fallu faire face aux exigences de temps et de concentration dédiées aux études. C’est entouré d’une d’Olivia Piana et d’une joyeuse équipe de collègues du centre de conception d‘Itiwit et d’Olaian, les marques de pagaie et de surf du groupe Decathlon, où Jean réalise un stage d’une année en tant qu’ingénieur produit, que le désormais hendayais, retouche aux joies de la compétition. Un retour sans filet puisque ce sera sa première participation à la TaWaRa, une course d’Ultra Longue Distance d’une longueur réduite cette année à 71kms du fait du manque d’eau. Attention spoiler, la bonne nouvelle c’est qu’une fois arrivé, il en redemandait déjà et on risque de retrouver Jean très bientôt sur un nouvel événement de SUP Race !

Bonjour Jean, peux-tu nous rappeler ton histoire et ton palmarès en SUP ?

Salut Mathieu, alors j’ai 23 ans, je viens de Saint-Malo en Bretagne, et ça fait déjà presque 10 ans que j’ai commencé le SUP Race ! J’ai eu la chance de commencer la compétition au tout début du SUP Race en France, à l’époque des Swell Beach Race Series, circuit breton auquel je participais en famille avec mes frères et mes parents : tout le monde faisait la course ! C’est vraiment cette dynamique familiale qui m’a permis de vite progresser tout en prenant beaucoup de plaisir. Puis à l’âge de 15 ans, j’ai eu la chance d’être suivi par des marques qui m’ont aidé à participer à mes premières compétitions nationales et internationales. A partir de ce moment-là, j’ai grimpé sur quasiment chaque podium espoir des championnats de France. Puis lorsque je suis passé senior, je me suis classé dans le top 10 de tous les championnats de France auxquels j’ai participé.

Jean Letourneur en 2014, sponsorisé à l’époque par BIC Sport

Quand as-tu décidé de décrocher du SUP race et pourquoi ?

J’ai décidé de me retirer des compétitions au début de mes études supérieures, lorsque j’ai choisi de partir en classe préparatoire aux grandes écoles d’ingénieur. C’était un choix difficile, car il n’était alors tout simplement plus possible de continuer la compétition en parallèle. Mais j’étais bien conscient que je ne pourrais pas vivre du SUP Race, et je me disais que je pourrais toujours y revenir plus tard.

Ainsi après 2 ans sans ramer, j’ai doucement commencé à m’y remettre lorsque je suis arrivé en école d’ingénieur dans le sud de la France. Mais entre le Covid et les stages et études à l’étranger, je n’ai encore jamais pu reprendre sérieusement la compétition comme je le voulais.

Un retour au SUP Race sur une course d’Ultra Longue Distance en rivière, ce n’est pas commun ! Qu’est-ce qui t’a décidé à t’aligner au départ de la Tarn Water Race 2022 ?

C’est vrai que c’est assez extrême comme reprise ahah ! Pour reposer le contexte, je travaille aujourd’hui pour la marque de surf Olaian au centre de conception de Decathlon à Hendaye, et le cadre est tout simplement parfait pour s’entraîner ! Les bureaux se situent au bord de l’eau, j’ai du matériel à disposition, et il y a toujours un motivé de la team Itiwit pour se faire un entraînement, donc je n’ai aucune excuse pour ne pas m’y remettre à fond désormais ! Alors autant dire que quand la team Itiwit m’a invité à participer à la Tarn Water Race avec eux pour réaliser une mission test de prototypes en conditions réelles de course, j’ai dit oui directement !

Au total nous sommes partis à 18, 16 participants dont Olivia Piana qui est ambassadrice Itiwit, et 2 accompagnateurs pour gérer les ravitaillements.

Raconte-nous ta Tarn Water Race 2022 !

Une course dont je me souviendrai longtemps ! C’était la première fois que je faisais une course en rivière et je n’avais aucune connaissance de la gestion des courants et des rapides, alors ma stratégie était toute tracée : rester au contact des vainqueurs des années passées, tous experts en descente de rivière, afin de m’assurer de choisir les bonnes trajectoires, et ensuite tout miser sur la dernière partie de la course qui se joue à la rame ! Je décide donc de partir fort dès le début et mène tranquillement mon petit bout de chemin dans le groupe de tête durant les deux premières heures de course. Un peu trop tranquillement d’ailleurs puisqu’une seconde d’inattention dans les rapides me fait chuter, et lors de ma chute je viens casser ma pagaie en la percutant violemment contre un rocher. Le prochain ravitaillement étant 10 km plus loin, je me retrouve alors à ramer à la main, allongé sur ma planche pendant plus d’une heure… qui a dit que le surf n’était pas un bon entraînement ?! Une fois ma pagaie de rechange récupérée, je réussis à remonter une dizaine de places pour terminer 7e SUP solo.

Mais ce que je retiens surtout de cette course, c’est un paysage magnifique tout du long, un parcours varié et très technique avec un niveau d’eau exceptionnellement bas lors de cette édition, une ambiance top avant, après mais également pendant la course avec des concurrents qui s’encouragent et s’entraident entre eux, et surtout un nouveau type d’effort que je ne connaissais pas et qui est finalement beaucoup plus accessible et ludique que je pensais !

En live sur TotalSUP, Jean reçoit les félicitations de Mathieu Astier

Quel choix de matériel as-tu fait pour cette Tawara 2022 ?

J’ai choisi de participer à cette course avec le SUP Race gonflable R500 14’25’’ de la marque Itiwit. C’est la planche avec laquelle je m’entraîne en ce moment et elle est très performante sur le plat. Concernant la pagaie, je testais un prototype de la nouvelle pagaie 900 Pro Itiwit qui sera en vente prochainement. C’est une pagaie réglable très légère qui a été co-conçue avec Olivia Piana et qui n’a rien à envier aux pagaies fixes !

Des prototypes de kayak gonflable étaient également en test lors de la course. Mais au-delà des tests, ce week-end de compétition était surtout l’occasion de réaliser des images du matériel en pleine action.

 

– Quel rôle est-ce que tu occupes chez Olaian / Décathlon. Parle nous de ton travail en détail.

Je travaille en tant que stagiaire ingénieur sur la durabilité des combinaisons néoprènes de surf. Concrètement, je participe à la conception et à l’homologation des futures combinaisons, mais le plus gros de mon job consiste à récupérer le maximum de données sur les défauts rencontrés lors de l’usage pour ensuite les analyser et mettre en place des actions en face pour s’en débarrasser. C’est un stage très sympa !

Après cette aventure sur la Tawara 2022, penses-tu revenir pour de bon sur le SUP race? Sur quels formats et avec quels objectifs?

Tant que ma situation le permettra et que je continuerai à prendre du plaisir à m’entraîner et à venir sur les compétitions, pourquoi pas ! Pour l’instant, mon objectif est de participer aux championnats de France et de m’affirmer au sein du top 10 français. Et niveau format de course, je suis ouvert à tout, mais ce qui est sûr c’est que je compte bien participer à nouveau à la Tarn Water Race l’année prochaine !

Enfin, Olivia Piana revenait aussi au SUP Race après 8 mois sans compétition et semblait être tentée de reprendre la pagaie pour de bon ! Penses-tu que d’autres SUP racers qui ont fait les belles heures de notre sport dans les années 2010 pourraient revenir aussi ?

Je ne vais pas parler à la place des autres, mais j’observe que depuis le début de l’année, entre l’apparition du statut sportif de haut niveau et les compétitions qui réapparaissent en masse, il y a une superbe dynamique dans le SUP Race français et mondial. Alors oui ça a de quoi tenter les anciens à revenir c’est clair !

Merci Jean pour ton temps ! Pour commencer à vous renseigner sur l’édition 2023 de la Tarn Water Race, c’est par ici:
Site officiel / Facebook / Instagram

Pour plus d’information sur les produits de la marque Itiwit, c’est par là :
Site web / Facebook / Instagram / YouTube

A propos de l’auteur

Mathieu Astier

Mathieu est le fondateur hyperactif de TotalSUP mais aussi un vétéran du marketing et de la communication web avec plus de 20 ans d'expérience aux côtés des plus grandes start-ups internationales. Son coup de foudre pour le Stand Up Paddle en 2013 l'a amené à construire l'une des principales plateformes d'information en ligne dédiées au SUP, en anglais et en français pour une audience mondiale, et à tourner sa vie de famille résolument vers l'océan.

To follow Mathieu:

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only