#RendezNousLaMer – Plusieurs collectifs adressent deux courriers à Brigitte et Emmanuel Macron

21st November 2020

Suite aux incohérences contre-productives, notamment d’un point de vue santé, de la limitation des déplacements pour les habitants et habitantes des territoires non denses du bord de mer, l’Association Beg-Meil Paddle Cup se mobilise depuis plusieurs semaines à travers des discussions publiques en direct sur Facebook et des opérations de sensibilisation dans l’espace public

A travers deux courriers adressés hier vendredi 20 novembre au couple présidentiel, la première lettre, adressée à la Première Dame, la seconde au Président de la République Française, l’association se fait le porte-parole désormais d’une mobilisation importante entre trois collectifs co-signataires et de nombreuses personalités du sport, de la médecine et de la culture, et demande la réouverture au plus vite des plages pour tous et toutes, ainsi que l’autorisation des sports nautiques.

Les revendications exprimées dans ces deux courriers ont été transmises également aux députés et sénateurs ainsi qu’aux présidents de région et aux maires.

Les premiers signataires

Jean Le Cam – Navigateur
Anne Quéméré – Navigatrice
Mylène Demongeot – Actrice
Laurence et Michel Vuillermoz de la Comédie Française
Yann Queffelec – Écrivain
Thierry Martinez – Photographe
Benoît Stichelbaut – Photographe
Eric Loizeau – Navigateur, alpiniste, auteur
Marine Grosjean – Championne du monde de nage en mono-palme en milieu naturel
Guillaume Barucq – Médecin, élu et surfeur

Les collectifs co-signataires de ce mail

Collectif de la terre à la mer
Collectif des pratiquants de sports nautiques
Collectif ré-ouverture responsable activités nautiques sur la Manche
#Rendeznouslamer / Lorient
Océan by Fab

Lettre à Brigitte Macron

1 Km… SANTÉ OU DANGER ?

Chère Brigitte,

Votre dynamique mari a déclaré au tout début de l’épidémie : «Nous sommes en guerre !» Et nous sommes totalement d’accord avec lui, la guerre contre le virus doit être totale. Or vous savez que pour maintenir la population française en bonne santé, notre meilleure alliée est la nature, et son armée de bienfaits ! Alors pourquoi le contact à la nature est-il limité, voire interdit pour beaucoup de nos concitoyens et concitoyennes !?

La France traverse actuellement une crise sanitaire majeure et toute mesure permettant d’alléger les maux du pays et la détresse des personnels soignants doit être prise en compte ! La situation est grave et complexe, nous en avons bien conscience. Mais l’interdiction des sports nautiques et la règle du kilomètre dans la limite d’une heure sur les territoires à faible densité de population, ne sont pas le remède. Au contraire ! Cette interdiction est sans fondement et contre-productive. Nous savons aujourd’hui que les milieux fermés (hypermarchés, transports en commun, foyers, open space etc.) sont favorables au Sars-cov-2. Contrairement au grand air !

Nous ne vous ferons pas l’affront de méditer l’adage «le sport c‘est la santé» car vous le savez :le sport, tout comme le grand air, sont indispensables à la bonne santé. Et c’est bien de cela dont nous vous parlons Brigitte : de notre SANTE. Il n’est question ici, ni de luxe ni de loisirs futiles, encore moins de privilèges. Les activités de plein air, à terre comme en mer, sont le fortifiant mental et physique d’une population affaiblie par deux confinements. Pourquoi nous éloigner plus longtemps encore du seul milieu qui nous est bénéfique : la nature !? De plus, il a été prouvé que le milieu marin est hostile au Sars-cov-2.

Notre objectif n’est pas de braver les interdits, encore moins de nous mesurer aux forces de l’ordre. Les sirènes comme les surfeurs, les véliplanchistes ou les pêcheurs à pieds ne sont pas des terroristes ! Et il ne s’agit pas de laisser la porte ouverte à tout et n’importe quoi. Non ! Nous voulons juste vivre du mieux possible ces semaines anxiogènes dans le respect de la distanciation physique et des consignes de sécurité. Nous n’en sommes qu’à notre deuxième confinement, mais qu’en sera-t-il au troisième : maladies chroniques, dépressions, faillites… Comme vous, nous sommes des mères, des filles, des sœurs… Le virus est là et ne nous laissera plus en paix mais nous allons devoir apprendre à vivre avec. Votre mari ne pourra pas continuer, à chaque confinement, à laisser les gens s’asphyxier dans des espaces clos et augmenter ainsi le risque de propagation du virus. C’est pourquoi nous, habitantes et habitants du bord de mer, demandons de laisser la population respirer et s’aérer dans la nature, à terre ou en mer, loin des foules et au-delà de l’unique heure et du seul kilomètre autorisés aujourd’hui ! C’est nécessaire à la santé de tous ! La pratique des sports nautiques ainsi que celle des activités de plein air peuvent tout à fait se dérouler dans le respect des gestes barrières. Les plages en hiver étant, du fait des conditions météorologiques, dynamiques par essence.

Nous espérons que vous comprendrez ce message et le transmettrez à votre époux car comment peut-il aujourd’hui, en toute connaissance de cause, priver notre population de la nature ? Et comment peut-il interdire au peuple du littoral l’accès à son jardin, l’océan ? Vous trouverez en lien les chiffres de la SNSM où vous pourrez constater que les sports nautiques (surf, sup, kite, longe côte, natation, etc.) tout comme la pêche à pied ne sont pas accidentogènes. Vous trouverez également des articles médicaux étayant notre demande.

https://www.begmeilpaddlecup.fr/Activites-nautiques-et-Covid-19

Lettre à Emmanuel Macron

1 Km… SANTÉ OU DANGER ?

Cher Monsieur le Président, «Nous sommes en guerre !» avez-vous déclaré. Et nous sommes totalement d’accord avec vous, la guerre contre le virus doit être totale ! Et pour maintenir la population française en bonne santé, notre meilleure alliée est la nature, et son armée de bienfaits ! Alors pourquoi le contact à la nature est-il limité, voire interdit pour beaucoup !?

La France traverse actuellement une crise sanitaire majeure et toute mesure permettant d’alléger les maux du pays et la détresse des personnels soignants doit être prise en compte ! La situation est grave et complexe, nous en avons conscience. Mais l’interdiction des sports nautiques et la règle du kilomètre dans la limite d’une heure sur les territoires à faible densité de population, ne sont pas le remède. Au contraire ! Cette interdiction est sans fondement et contre-productive. Nous savons aujourd’hui que les milieux fermés (hypermarchés, transports en commun, foyers, open space etc.) sont favorables au Sars-cov-2. Contrairement au grand air !

Nous ne vous ferons pas l’affront de méditer l’adage «le sport c‘est la santé» car vous le savez: le sport, tout comme le grand air, sont indispensables à la bonne santé de vos concitoyens et concitoyennes! Car c’est bien de cela dont il s’agit monsieur le Président. De notre SANTE. Il n’est question ici, ni de luxe ni de loisirs futiles, encore moins de privilèges. Les activités de plein air, à terre comme en mer, sont le fortifiant mental et physique d’une population affaiblie par deux confinements. Pourquoi nous éloigner plus longtemps encore, du seul milieu qui nous est bénéfique : la nature !? De plus, il a été prouvé que le milieu marin est hostile au Sars-cov-2.

Notre objectif n’est pas de braver les interdits, encore moins de nous mesurer aux forces de l’ordre. Les sirènes comme les surfeurs, les véliplanchistes ou les pêcheurs à pieds ne sont pas des terroristes ! Et il ne s’agit pas de laisser la porte ouverte à tout et n’importe quoi. Non ! Nous voulons juste vivre du mieux possible ces semaines anxiogènes dans le respect de la distanciation physique et des consignes de sécurité. Nous n’en sommes qu’à notre deuxième confinement, mais qu’en sera-t-il au troisième : maladies chroniques, dépressions, faillites… Le virus est là et ne nous laissera plus en paix. Nous allons devoir apprendre à vivre avec. Vous ne pouvez pas continuer, à chaque confinement, à laisser les gens s’asphyxier dans des espaces clos et augmenter ainsi le risque de propagation du virus. C’est pourquoi nous, habitantes et habitants du bord de mer, demandons de laisser la population respirer et s’aérer dans la nature, à terre ou en mer, loin des foules et au-delà de l’unique heure et du seul kilomètre autorisés aujourd’hui ! C’est nécessaire à la santé de tous ! La pratique des sports nautiques ainsi que celle des activités de plein air peuvent tout à fait se dérouler dans le respect des gestes barrières. Les plages en hiver étant, du fait des conditions météorologiques, dynamiques par essence.

Comment pouvez-vous aujourd’hui, monsieur le Président, en toute connaissance de cause, priver votre population de la nature et comment pouvez-vous interdire au peuple du littoral l’accès à son jardin, l’Océan ?

Vous trouverez en lien les chiffres de la SNSM où vous pourrez constater que les sports nautiques (surf, sup, kite, longe côte, natation, etc.) tout comme la pêche à pied ne sont pas accidentogènes. Vous trouverez également des articles médicaux étayant notre demande.

https://www.begmeilpaddlecup.fr/Activites-nautiques-et-Covid-19

Pour plus d’information, n’hésitez pas à contacter Vanessa Le Reste, Présidente de l’association Beg Meil Paddle Cup

vanessa@begmeilpaddlecup.fr
https://www.facebook.com/begmeilpaddlecup
www.begmeilpaddlecup.fr

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only