REDBULL HEAVY WATER 2017 – Martin Vitry a Vécu la SUP Race la Plus Folle de l’Histoire du SUP et en Redemande!

De retour de la course la plus hallucinante de l’histoire du SUP, le Red Bull Heavy Water 2017, Martin Vitry, le team rider d’Oxbow SUP, confie son rapport en exclusivité à TotalSUP. Cette SUP Race organisée à San Francisco dans le cadre de l’APP World Tour, sur invitation, lançait pour cette deuxième édition une vingtaine des meilleurs SUP racers au monde dans des vagues de 4,50m et des courants hallucinants.

Petit rappel de l’événement en vidéo!

Avant de vous raconter comment s’est déroulé le jour de course je vais vous exposer les règles du jeu.

C’était assez simple, le but était de faire une course de SUPrace dans des vagues supérieures à 12ft 5  (3,5m), avec deux passages à terre et deux passages au large, pour ensuite partir sur une « longue distance » de 6km en passant sous le Golden Gate avec une arrivée dans la Marina de San Francisco.

Tout ça sous l’effigie de RedBull.

Arthur Arutkin et Martin Vitry - Redbull Heavy Water

Le samedi 14 octobre je reçois un mail de l’organisation m’annonçant le lancement de la course le vendredi 20 car un énorme swell de plus de 20 ft est attendu. Je prends mon billet et décolle dès le mardi pour San Francisco.

Les jours précédents la course, l’émulation entre les riders est présente mais c’est un mélange d’excitation et de stress qui se fait vraiment ressentir.

Les prévisions se confirment, la course se fera dans des vagues de 20ft avec des séries à 25ft, soit de 6 à 7,5m.

Je retrouve Arthur Arutkin la vieille de la course. Nous passons la journée ensemble avec comme seul sujet de conversation la course du lendemain et surtout les conditions qui nous attendent auxquelles nous n’avons jamais été confrontés et encore moins avec une 12’6 sous les pieds !

De nombreuses questions se bousculent dans nos têtes et essayons de nous rassurer car le dispositif de sécurité sera à la hauteur des conditions avec notamment les meilleurs pilotes de Jet Ski du monde pour le surf de gros.

Lors du briefing de la vieille, tout nous est expliqué. Comment fonctionnent les vagues, les courants, la baie, le dispositif de sécurité et surtout comment agir pour être sauvé.

Briefing Red Bull Heavy Water 2017

Le jour est arrivé. Conditions: un bon 15ft, 4m50. 

Rendez vous à 7h sur la plage pour le dernier briefing. Il fait nuit. Nous ne voyons pas les vagues…

Direction la marina de San Francisco pour monter sur un bateau de pêche où nos planches nous attendent pour nous emmener au départ.

Sur le bateau, la pression est présente pour tous les riders même ceux habitués à surfer du gros, même Kai Lenny … Sur les 20 riders présents sur le bateau, plus de 10 ont déjà surfé Jaws.

Certaines phrases circulent… «ça va être bien plus dangereux que de surfer Jaws», «je ne sais même pas si on va réussir à passer la barre sur le premier aller ».

Martin Vitry San Francisco SUP Race

Sur le trajet, Arthur et moi ne savions toujours pas si nous allions nous mettre à l’eau.

La première vision que nous avons du spot est du large. C’est déjà très impressionnant. Les sets cassent à 3 miles du bord (environ 5km). C’est beau mais effrayant en même temps.

Tout le monde saute dans l’eau pour se rendre sur la ligne de départ en Jet Ski. Après avoir réfléchi quelques minutes, nous nous mettons aussi à l’eau en nous disant qu’en gérant cela pourra passer et que, dans le pire des cas, nous resterons sur la plage après le premier surf. Je suis content qu’Arthur soit là parce que je suis sûr que dans ce type de conditions il peut faire un bon résultat et je sais qu’on aura un oeil l’un sur l’autre durant la course.

Le départ est lancé et les premiers partent sur les vagues de la série. Ma stratégie de course était claire, partir sur des séries de 5m étant juste impossible en planche de race (pas besoin de dessin je pense !), j’ai décidé de ne partir que sur les intermédiaires. Dès la première je me suis fait tellement brasser que lorsque j’ai ressorti la tête de l’eau j’avais l’eau aux chevilles alors que l’on était partis du large !

Redbull Heavy Water 2017

Je passe la marque sur la plage dans le pack. Mon premier passage de barre s’est passé parfaitement avec beaucoup de chance, tout s’est ouvert devant moi (même un dauphin a surfé droit sur moi alors que je passais la barre)

Je gère mon surf et reviens sur le deuxième passage à terre en première position avec pas mal d’avance.

Martin Vitry au RedBull Heavy Water 2017

Martin Vitry et sa planche Oxbow SUP, 1er au 1er virage

Ensuite, gros carnage… Je pense que mon dernier passage de barre a duré 30min, voir plus…

Le courant nous déportait à l’opposé de là où il fallait aller. J’ai été obligé de recourir sur la plage plusieurs fois pour me replacer et recommencer à essayer de remonter au large.

J’étais alors à la 12ème place. Il y avait clairement une grosse part de chance car si le courant et les séries étaient en ta faveur, tu pouvais passer sinon c’était juste impossible.

Martin Vitry SUP Race APP World Tour

La suite de la course était carrément plus tranquille malgré les bouillons énormes dûs aux courants bien connus de la baie de San Francisco. Je pense qu’il y avait bien 1m de clapot pendant la dernière demi-heure. Le courant était tellement puissant que l’écart établi à la sortie des vagues n’a pas changé lors de la dernière partie de course.

A l’arrivée, je retrouve Arthur, on débriefe et nous sommes hyper heureux d’avoir terminé. Nous sommes tous les 2 « finishers » de la course de SUP race la plus folle de toute l’histoire du SUP et en plus avec de bons résultats.

Martin Vitry, Finisher du Redbull Heavy Water 2017

Nous en avons fait parti (bien parti même) en étant les deux seuls Français face aux Hawaiiens, Américains, … Nous sommes super fiers de ce nous avons fait pour notre pays mais aussi pour pour nos sponsors.

On reste la suite de la journée ensemble, complètement vidés, dans un café à regarder les dernières vidéos de JOB et à parler d’autres choses que de grosses vagues et d’accidents possibles !

De l’extérieur, je sais par des sources proches que la course a pu être perçue de manière assez péjorative au niveau de la prise de conscience des conditions, etc. Je tiens quand même à dire que nous étions tous au courant de ce qui nous attendait, la règle du jeu était claire, nous avons signé un contrat certifiant que nous savons ce qui peut nous arriver. De plus, tout a été mis en oeuvre pour que cela se passe le mieux possible, sans accident.

A la fin de la journée personne ne s’est blessé, personne n’était à la limite de la noyade et dans des vagues de 5m en planche de race on ne peut pas parler de chance.

Depuis quelques jours j’ai réfléchi aux sensations que j’ai eu et j’en tire une bonne conclusion. Ce n’est pas tant les sensations de glisse comme d’habitude mais plus le fait que l’adrénaline soit si forte. Dans la course tu es tellement focus à t’en sortir que la grosseur des vagues n’est même plus un problème.

La satisfaction de réussir à passer la barre, tourner la bouée ou encore réussir à passer un drop et rester sur la board lorsque tu prends une vague est tellement fabuleuse que c’est la seule chose que tu retiens.

Si l’event a de nouveau lieu et que je suis invité, il est évident que je serai de la partie.

Retrouvez le profil de Martin Vitry sur le site d’Oxbow

Redbull Heavy Water San Francisco

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only