Angie et Benoit Le Roux décodent le Madeira Ocean Challenge

Bien plus qu’un sport, le surfski est devenu notre mode de vie, un prétexte pour parcourir le monde à la découverte de nouveaux spots. Depuis un an les reports de courses et les annulations se succèdent, en attendant de pouvoir vous faire découvrir ces spots et leurs évènements en live nous vous proposons un flashback sur notre dernière destination : Madère. Madère est un archipel du Portugal composé de l’île du même nom dont Funchal est la capitale et de plusieurs autres petites îles, situé dans l’océan Atlantique à 600 kilomètres des côtes marocaines.

 

Un des différents paysages qu’offre l’île

Angie : En 2014, après son titre de vice-champion d’Europe, Benoît avait été invité à participer à la Madeira Ocean Challenge. N’ayant pas pu me dégager du temps au niveau professionnel, je n’ai pas pu l’accompagner cette fois ci. Il fallait bien y remédier !

Alors quand en 2019, après une année intense à préparer le Championnat du Monde, nous avons vu que cette course était programmée, ni une ni deux, nous avons pris nos billets et sauté dans le 1er avion ! Fin octobre, les jours raccourcissent et l’eau commence à se rafraîchir…Quoi de mieux qu’un trip sur “l’île aux fleurs” pour prolonger la saison !

Il faut dire que la destination est canon, le programme alléchant et cerise sur le gâteau, nous sommes tous les deux invités par l’organisation le temps des courses.

Le lendemain de notre arrivée, nous avons rendez vous au club nautique de Funchal pour une première navigation près du port.

Habitués à naviguer sur nos surfskis O’krea et n’en ayant pas exporté jusqu’ici, nous devons nous adapter au matériel gracieusement prêté par nos amis portugais.

Benoît :

Un mois après nos perfs aux championnats du monde à Quiberon, je me sens toujours en super forme alors même si ce surfski me fait mal au cul, je suis là pour donner le meilleur de moi-même ! Quelques mousses collées sur le siège et ça va le faire !

Angie non plus n’apprécie pas l’ergonomie du bateau mais son objectif de l’année c’était les mondiaux, alors elle n’a pas envie de passer du temps à bidouiller des mousses : “de toutes façons elles ne tiendront pas jusqu’au bout”

Madeira Ocean Challenge, trois jours, trois courses, trois formats différents

On vous disait un programme alléchant… trois jours, trois courses, trois formats différents.

La première épreuve a lieu à Seixal, un petit bout de paradis avec la plage du club Naval. Le sable noir, les falaises à perte de vue, les piscines naturelles et la houle du jour rendent cet endroit mythique.

C’est donc dans ce magnifique cadre que nous allons débuter les hostilités avec une épreuve style beach race. Dans notre jargon, on appelle cette course du lifesaving. On utilise également des surfskis mais ils sont légèrement différents de ceux pour le downwind.

Le but est simple, on est alignés sur la plage avec nos surfskis, les pieds dans l’eau, au top départ on passe la barre pour aller tourner autour de 3 bouées mouillées à une centaine de mètres, le premier arrivé sur la plage entre les oriflammes remporte la manche jusqu’à la finale.

Sur ce coup-là, hold up des Le Roux ! Benoît remporte la finale homme et Angie la finale femme. On a bien fait de venir.

Une belle journée entourée de gens supers sympas et pour couronner le tout, l’organisation a prévu un repas dans l’enceinte du club house avec ses piscines naturelles. A notre époque ça fait rêver non ?!

Jour 2 : La coupe du Portugal de Surfski, une course de 22km au downwind entre Machico et Funchal. Pour tout vous dire, on a fait l’impasse de cette course pour aller faire les touristes… et ça nous donne une bonne raison de revenir pour découvrir sur l’eau ce côté de l’île !

On monte dans notre petite voiture de loc’ et hop, direction Ponta do Pargo et son ligthhouse qui surplombe la falaise.

Une vue magnifique avec ce sentiment de liberté et d’être tout petit face à cet horizon et le son de la houle qui se fracasse quelques dizaines de mètres plus bas. Une petite photo et on est reparti en direction de Porto Moniz et de ses piscines naturelles

Est-ce que on vous a précisé que notre petite virée s’est transformée en méga excursion avec pour commencer une déviation de la route principale et ensuite devoir attendre que la course de rallye – d’où la déviation – se termine pour pouvoir rentrer à Funchal ? En tout cas, cet endroit est magnifique bien qu’un peu trop touristique à notre goût.

Jour 3 : La Madeira Ocean Challenge, initialement c’est une course de 29km entre la pointe de Porto Moniz et le petit port de Calheta. Les locaux nous disent que c’est un super parcours qui part du côté exposé de l’île pour finir du côté abrité. Le passage de deux pointes que nous avons découvertes hier semble être des petits « moments magiques ». L’ambiance des falaises doit aussi y être pour quelque chose, là-bas, on n’a pas trop le droit à l’erreur, les points de réchappe sont inexistants. On a hâte d’y être !

Cependant, les conditions ne cessent d’évoluer durant la semaine et la houle annoncée le jour de la course ne dégrossit pas…l’organisation décide de réduire le parcours, la sécurité des concurrents étant la priorité.

La course de 29km se transforme en course de 18km. Le départ est alors donné de Paul do Mar, un joli petit village de pêcheur. C’est le 1er petit port accessible après Porto Moniz, c’est pour dire !

10km sans point de chute avec une houle de plus de 3m côté exposé… C’est ce qu’on appelle the right call !

Angie : Finalement, ça tourne à mon avantage… Parce que, seulement 10km de course et…  Qu’est-ce que j’ai mal au c**! Imaginer 20km de plus, je ne sais pas comment j’aurais fait. Peut-être que j’aurai dû écouter Benoît et ses bidouilles…

Les conditions du jour sont sympathiques, un petit peu plus de vagues n’aurait pas été de trop, difficile de s’imaginer à quoi ça ressemble de l’autre côté ! On longe les falaises pendant un bon bout de temps et l’île dévoile de l’eau sa beauté. C’est ce que j’aime avec ce sport, on a beau être en course, on découvre tous ces endroits d’un point de vue que l’on n’aurait jamais pu en restant sur terre !

Benoît est le plus rapide sur ce downwind devant un équipage Portugais, je termine 1ère féminine en arrivant quelques minutes plus tard au coude à coude avec un gars des Açores. Une fois notre sprint final achevé, il me parle d’une course qu’il organise sur son île, il aimerait nous inviter tous les deux en 2020 … Chouette, une nouvelle destination à découvrir !

Malheureusement l’année 2020 ne nous aura pas permis de voyager mais ce n’est que partie remise !

Madère est un « must go » pour les sports de rame ! De l’eau chaude, du soleil, du vent, de la houle, des paysages magnifiques et un super accueil, que demander de plus ?!

Le « Madeira Ocean Challenge » est une belle occasion d’en profiter, grâce aux clubs locaux qui vous accueillent dans les meilleures conditions, vous n’avez plus qu’à ramer sans vous préoccuper de la logistique !

Après avoir pendant longtemps organisé une course par étapes autour de l’île en kayak de mer, les clubs locaux se sont tournés vers le surfski avec l’ambition de devenir une étape incontournable du circuit International, c’est désormais chose faite puisque Madère vient d’être retenue pour accueillir le championnat du monde ICF en 2024 !

D’ici là les prochaines éditions de cette course devraient être de plus en plus relevées !

Teaser du Madeira Ocean Challenge 2021, malheureusement annulé cette année :

A propos de l’auteur

Mathieu Astier

Mathieu is the hyper-active founder of TotalSUP and a multilingual online marketing veteran with more than 20 years of experience working for top international internet companies. His love-at-first-sight for Stand Up Paddling in 2013 led him to build one of the leading online media dedicated to SUP in English and French and to turn his family lifestyle towards the ocean.

To follow Mathieu:

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only