Heilani Cronsteadt: Portrait d’une Vahiné

La tahitienne et ambassadrice 425 Pro Heilani Cronsteadt est tout d’abord connue pour ses performances en prône. Mais grâce à son mari (un certain Georges), Heilani s’est mise aussi au SUP et aujourd’hui, elle ne peut plus s’arrêter. Elle raconte à TotalSUP sa vie de rameuse, de maman et de vahiné (“femme” en tahitien).

Bonjour Heilani, peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours sportif ?

Ia ora na ( “bonjour” en tahitien), je suis née à Tahiti, j’ai grandi sur la côte ouest à Papara dans une famille proche de la mer. Enfants, nos journées commençaient et se terminaient toujours dans l’eau ! J’ai rencontré un certain Georges Cronsteadt au collège et nous ne nous sommes plus quitté. A 24 ans j’ai voulu fonder une famille avec lui, 2 enfants, des garçons de 11 ans et 8 ans aujourd’hui et nous vivons depuis à Mataiea, la paisible! C’est une commune retirée de la ville, du stress et surtout où je trouve que le temps s’est arrêté, on s’y sent bien, proche de la nature et des personnes avec qui on partage les mêmes valeurs et passions !

Quand j’étais petite, mon père m’amenait surfer à Taharu’u avec lui, sur un spot local de Papara, je pense que c’est à ce moment que j’ai accroché !  Car il fallait nager fort pour ne pas se faire emporter par le courant. J’avais 9 ans. Mon grand-père maternel, Papy Michel, aussi m’a initié tôt à la plongée, du coup à 13 ans j’ai appris à gérer ma respiration et à ne pas paniquer à 30 mètres de fond ce qui m’a donné un plus lorsque que mon mari à commencer à m’envoyer surfer avec lui dans des conditions extrêmes on va dire.

A Tahiti, à l’école à mon époque et aujourd’hui encore on a eu la chance de pratiquer du Va’a (pirogue), de la voile aussi, donc tôt on est conditionné je pense aux sports de rame et de surf, c’est inévitable on dira, ces activités rythment notre vie, c’est un peu un rituel quotidien, mais aussi cela fait partie de notre culture, de notre histoire. Notre patrimoine c’est ça !

Je suis une touche à tout, SUP race/surf en downwind, prône paddleboard, va’a, OC, longboard…  Passionnée des sports de glisse avant tout mais surtout j’ai de la chance d’avoir à mes côtés un expert en la matière, mon âme sœur, Georges, un peu trop discipliné, sérieux, dur parfois mais toujours juste, et c’est ce qui marche en termes de performance, j’aime dire que j’arrondis ses angles.

La glisse qu’offre ses engins me donne des ailes ! Je me sens l’instant d’un moment spécial et surtout sa me défoule beaucoup, la vie de famille c’est génial, mais gérer, organiser sa mini-société c’est pas de tout repos. C’est aussi et surtout, depuis que je participe aux compétitions locales et internationales, pour motiver d’autres femmes comme moi, mères de famille, actives, à nous rejoindre, leur donner à travers mes challenges des « good vibes » et  un déclic, car  on a toute cette énergie en nous il faut juste trouver sa voie, on est toutes capables d’atteindre notre objectif quel qu’il soit, qu’il faut bien sûr travailler, aimer ce que tu fais, partager son expérience pour que plus tard toutes nos petites filles deviennent fortes, courageuses et humbles et soient fière d’être des VAHINE!

Décris-nous ta journée parfaite.

Ma journée parfaite et je l’espère pour longtemps encore c’est de me lever le matin avec l’odeur du café noir chaud que mon mari m’aura préparer, partager notre petit déjeuner avec les enfants, les déposer à l’école, faire quelques paperasses, faire mon parcours en SUP ou Prône de  passe à passe à Mataiea, m’arrêter au petit spot de surf prendre quelques vagues, passer sur l’ilot de mes amis les Hall pour me prendre un coco frais et revenir à la maison l’esprit reposé et prête à continuer ma journée qui débute seulement, car en général mes journées ne se ressemblent pas.

Ce n’est pas facile tous les jours et c’est toujours le cas mais c’est la vie que nous avons choisi de vivre…. Se lancer, en couple, en famille, subvenir aux besoins des enfants, les envies et les possibilités de chacun…prendre soin de ceux que l’on aime, tant de choses à gérer, s’investir dans des projets, des personnes, faire de bons ou mauvais choix….  On est tous passé par là mais je pense qu’au final on s’en sort toujours bien lorsque l’on aime partager, sans rien attendre en retour que le sourire de l’autre…. Si on se correspond…on ne peut que réussir ensemble à mon avis et cette année ma fierté, si j’y arrive se serait d’avoir l’opportunité de participer et représenter Tahiti aux championnats du monde en Prône Paddle Board soit au Portugal soit au Brésil, j’y travaille avec mon entourage et je croise fort les doigts pour que cela se réalise.

Quels boards 425Pro utilises-tu ? Pour le prône et le SUP ?

J’utilise les bolides de chez 425pro « addicted to sup » imaginées, pensées et travaillées par les meilleurs gars que je puisse connaître qui, en plus, ont ce « MANA »

Depuis le début de la saison sportive à Tahiti en Prône, j’utilise la planche de Prone Paddle en 12 x 20 de 425Pro. Cette planche est juste super, légère, dans le surf, elle réagit immédiatement aux clapots et se laisse glisser facilement, maniable tu peux enchainer tes mouvements en maintenant un rythme assez soutenu, elle est au top, pour toutes mes compétitions elle m’a toujours mené à la victoire et vers de nouvelles performances à chaque utilisation et dans toutes conditions.

Pour la planche de SUP race par exemple  pour la Carolina Cup 10 kilomètres la Money Island que j’ai remportée, j’ai utilisé la Outlaw x23, super feeling, pour le peu d’expérience en SUP race je la trouvais très stable aussi, dans la remontée notée++, avec un vent de face et de travers je trouvais qu’elle avançait bien  avec un bon coup de rame aussi, justement j’ai choisi une rame taille S de 425 Pro aussi hyper légère, elle soulage bien au niveau des articulations, des lombaires. Surtout bien la régler et elle fera des heureuses. En plus je trouve qu’elle a un style cette rame j’adore !

Quels sont tes plans pour l’avenir ?

C’est de pouvoir avec Georges partager notre passion avec nos enfants, leur inculquer des valeurs. Profiter de tous ces moments avec les gens qui partagent comme nous l’amour, le respect de la mer et de la rame pour longtemps encore mais aussi agir au niveau de la communauté locale en faveur de la protection de notre environnement, en menant diverses actions pour que nos enfants et les générations à venir aient encore un terrain de jeux et un garde-manger « intacte », ou du moins préservé. En Polynésie et à Tahiti beaucoup de familles vivent encore de la pêche. Et bien sûr continuer à promouvoir la Vahiné dans les sports de rame à mon niveau à travers 425 pro qui nous soutien beaucoup, aussi en créant des événements locaux, des training camp pour VAHINE, pour qu’elle soit mise plus en avant pour ainsi les motiver à rejoindre le mouvement ou tout simplement se sentir vivre !

Coté compétitions je souhaiterai cette année en faire quelques-unes à l’international, en Stand Up Paddle Race, la prochaine sera la Columbia Gorge aux USA !

Que fais-tu pour rester en forme quand tu n’es pas dans l’eau ?

Je marche dans la nature avec mes enfants: le parcours dans les jardins de Vaipahi par exemple avec ses 2 boucles est super. Petite séance de musculation de 40 minutes coachée par Mr Cronsteadt, passage à la source naturelle du Vaima pour se rafraîchir le corps et l’esprit, « courir » avec mes enfants qui eux me suivent à vélo pour m’encourager ou me font courir de gauche à droite afin qu’ils évitent de se blesser. Et bien sûr des promenades en montagnes à vélo, à pied du côté du lac bleu Vaihiria avec ma petite famille le weekend ! Ah oui j’aime créer, certaines font du yoga, moi je confectionne des couronnes de fleurs. Ça me détend lorsque je ne suis pas à l’eau.

Avant de finir j’aimerai vous remercier pour cet article car grâce à vous, mais aussi à ma famille et toutes les personnes qui croient en nous, les femmes, je peux enfin partager un peu de moi, de mon petit chemin de vie et j’espère vraiment motiver plus d’une à faire vraiment ce qui les rendent heureuses, « bien » dans leur tête et dans leur corps. 

Aujourd’hui les femmes sont tellement OVERBOOKEES, elles arrivent à tout faire à la fois, et parfois les nerfs lâchent et la pratique d’un sport ou une activité physique peut aider à canaliser et surtout évacuer toute cette énergie et le contact à l’eau c’est magique surtout à Tahiti. Alors n’hésitez plus et si vous avez l’occasion de venir ici, ce sera avec plaisir à bientôt !

About the Author

Helen

SUP, OC1, V6, Surfski ... and field hockey coaching, Helen is a busy British mother of two who lives in Bretagne, France with a passion for all things Ocean. Helen runs Barrachou SUP, a SUP tour company specialized in excursions around Bretagne and Scotland.

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only