Benoit Rivière : “Le SUP en Nouvelle-Calédonie Est Très Développé”

Bénévole au sein de la ligue Calédonienne de Surf et entraîneur au CTE (Centre Territorial d’Entrainement) SUP race, Benoit Rivière contribue fortement au développement du SUP en Nouvelle-Calédonie. Ben qui vient de signer chez NSP nous parle du SUP dans son île et des spots paradisiaques que l’on peut découvrir en Stand-Up Paddle.

Ben, peux-tu nous parler du SUP en Nouvelle-Calédonie ?

Le SUP en Nouvelle-Calédonie est très développé, surtout au niveau balade et loisir. En effet, le lagon calédonien et le climat font que la pratique est possible toute l’année dans de super conditions.

Il y a pas mal d’endroits possibles pour ramer autour de Nouméa mais pas que, on peut en trouver sur le reste du territoire et dans les îles et ainsi profiter d’une balade dans des spots magiques comme le lagon de Poé ou l’île des Pins.

Il y a également des structures sur Nouméa qui proposent des cours pour tout niveau. Le SUP Surf se développe également énormément, on a des vagues dans toutes les passes sur le reef. Après, il faut être prêt a manger un peu de corail !

Au niveau SUP race, il y a pas mal de courses tout au long de l’année avec un niveau plutôt élevé. On peut le remarquer dès que des Calédoniens ont l’occasion d’aller à l’étranger ils s’en sortent plutôt très bien.

En chef de file Titouan Puyo bien sûr, mais aussi nos deux jeunes espoirs Clément Colmas et Noic Garioud. Je pense aussi à d’autres rameurs comme David Anewy ou Franck Muller un peu en retrait cette année, mais qui sont excellents.

Le meilleur reste cependant le downwind. Encore une fois, on a des conditions parfaites, avec les alizés qui soufflent l’après-midi quasiment toute l’année.

Quel est ton rôle dans le développement du SUP en Nouvelle-Calédonie ?

Mon rôle principal est tout d’abord celui de compétiteur parce que j’adore ça, et que ça me permet de faire parler de la Nouvelle-Calédonie sur les courses que j’ai l’occasion de faire en dehors de l’île, comme sur les étapes de l’Euro Tour cette année ou aux prochains championnats de France.

Mais, depuis cette année, j’ai également un rôle de bénévole avec la ligue calédonienne pour développer le SUP race et je suis aussi entraîneur au sein du CTE (Centre Territoriale d’Entrainement) que l’on a mis en place.

Gill Chabaud

Avec la ligue vous êtes en train de mettre en place un projet de SUP Race en Nouvelle-Calédonie. Peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?

Oui depuis le début de l’année, la ligue Calédonienne de Surf qui est la la ligue régionale, sous l’égide de la Fédération Française de Surf et qui gère toute les activités liées au SUP, a mis en place un CTE SUP race dont je suis entraîneur.

Le but étant de regrouper au maximum les meilleurs rameurs du territoire pour qu’ils s’entraînent ensemble avec un programme d’entraînement bien défini et cadré. L’objectif est continuer de faire monter le niveau calédonien.

Gill Chabaud

En partenariat avec Vincent Guillaume on essaye d’apporter les outils aux meilleurs pour progresser encore plus sur l’eau. On propose aussi de la préparation physique très spécifique pour éviter les blessures et amener de la performance.

Je pense que tout ça est un travail de collaboration de différents acteurs qui peut nous amener, nous rameurs, à être très compétitif, mais aussi à motiver une autre génération de rameurs à s’investir dans le SUP race. Je pense que le gros défi sera d’amener d’autres jeunes au meilleur niveau.

Peux-tu nous présenter les spots incontournables de l’île ?

Je vais essayer d’en donner un par discipline.

Pour le loisir et la balade je pense de suite à l’île des Pins, c’est une île située au sud de l’archipel, simplement le spot touristique le plus connu de Nouvelles-Calédonie, les paysages sont dingues, l’eau est limpide et le sable est fin et blanc. Comme diraient les guides touristiques, c’est l’île la plus proche du paradis. Ce spot est juste splendide. Je peu difficilement en dire plus, les images parlent mieux que moi !

Pour le SUP surf, le grand bac de Ténia. Ténia est un îlot posé au milieu d’une passe au récif. Quand il y a de la houle, un tube hyper puissant se forme. C’est vraiment génial de rider là-bas, et a en croire notre tube rider Clement Colmas “c’est vraiment méchant”.

Pour le SUP race, on a notre run de downwind préféré à Nouméa avec un départ de l’Anse Vata, la plus grande plage de Nouméa et une arrivée à la plage de Kuendu Beach. C’est notre run de 11km quasi quotidien quand les alizés soufflent.

Si on a un peu plus de temps, on peut facilement rallonger le parcours, car le vent souffle dans l’axe de l’île. Et de là, si on peut aller jusqu’à Naia (c’est le parcours de la course de la LMA race tous les ans) ça devient juste magique !

Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only