Ramer en Australie, un rêve de gosse devenu réalité pour Antoine Delepine Caquelard

Basé à Brisbane, en Australie, Antoine Delepine Caquelard est l’un des meilleurs spécialistes français de la pirogue sous toutes ses formes ou presque. OC1, V1, V6 mais aussi Surfksi, il fait partie de l’équipe de France de pirogue depuis plusieurs années. Très actif sur l’eau au pays des kangourous, nous partons avec lui à la découverte de la pratique de la pirogue à la mode australienne !

Bonjour Antoine, peux tu te présenter à la communauté TotalSUP ?

Hello Thomas, j’ai 31 ans et j’ai grandi en Baie de Somme avant de vivre quelques années à Nantes pour travailler chez un constructeur européen d’avion et maintenant je réside sur Brisbane , dans l’état du Queensland , côte est de l’Australie.

Raconte-nous comment tu as découvert la pirogue et ton parcours sportif avec ce support ?

Alors j’ai commencé le canoé kayak à l’âge de 8 ans, avant de commencer la pratique de la pirogue au lycée dans le cadre de l’UNSS. Nous avons commencé à avoir un bon groupe mixte de rameurs et rameuses et on s’est fixés l’objectif de participer à notre 1ère course en 2006; le Rallye de La baie des Phoques. Cette dernière je pense, doit rappeler à certains rameurs. C’était une course internationale en Baie de Somme où des équipages italiens, allemands et anglais venaient affronter des équipes issues de différents clubs français. Et là c’est un podium et le virus commença. S’enchaine des sélectives pour participer aux championnats de France avec un équipages mixte avec un rameur para.

Les courses s’enchainent et les podiums aussi. J’ai eu également la chance de participer au projet de la Traversée de la Manche en juin 2014 avec Sebastien Le Meaux de l’association Handi’Vision et un équipage valide/para. Et en 2016 de participer aux mondiaux de sprint va’a pour représenter la France.

Comment se passe la pratique de la pirogue en Australie ?
A quoi ressemble un calendrier sportif quand on pratique la pirogue et quels sont les événements “phare” ?

Ici avec la météo on peut pratiquer toute l’année ce qui génial. Malgré l’hiver australien où c’est un peu au ralenti. Ils ont un peu froid ici quand ça passe sous la barre des 23 degrés hahah.

Toutes les catégories d’âges sont représentées: par exemple sur une course de 20km tu peux avoir un équipage Junior et à côté un équipage de Master femme sur la ligne de départ. Et crois moi les Master ils/elles ont de la caisse!

La saison de pirogue australienne peut se couper en 2 temps: les premiers 6/7 mois tu as la saison de marathon, de 16km à voir même 50km\en équipage ou solo/duo. Ce sont des courses généralement downwind sinon si les conditions sont médiocres là ça passe en format triangle (passage de bouées).

Sur ce format de courses là les courses les plus populaires sont le Sydney Harbour Challenge, la Gold Coast cup, le Whale Run challenge, et la Doctor Race sur la côte ouest à Perth.

Ensuite après la saison marathon, tu as quelques courses « plaisirs» ce qui permet d’entretenir les rameurs et rameuses spécialisés au slalom longue distance et en parallèle tu as les championnats de Sprint Va’a pour clôturer l’année. Sur 4 jours tu as tous les rameurs et rameuses de l’Australie qui viennent sur la Sunshine Coast sur le lac Kawana. On y trouve même des V6, v12, v1 et oc1. Cet événement permet également, tous les 2 ans de sélectionner les rameurs/ses  pour les mondiaux de sprint  de Londres 2022 afin de constituer la délégation australienne.

Qu’est ce qui te plait dans l’ Australian way of life ?

Déjà la météo ! Ça aide beaucoup. Haha!

Disons que l’Australie restait un rêve de gosse. Quand j’étais plus jeune je voyais ces reportages, des vidéos de surfeurs et ça me faisait déjà rêver. Bien entendu, quand en 2016 j’ai vu que la France pouvait être représentée aux mondiaux de sprint va’a, je me suis dit allez on tente! Après ce séjour ça a confirmé mon désir d’y vivre. Et en 2018 jai démissionné de mon boulot, vendu voiture et appartement et je me suis lancé!

Ici les gens sont plus relaxes et tolérants. On se prend moins la tête sur des problèmes de tout les jours.

Les entraînements sont tôt le matin (vers 5h30/6h du mat) et après ensuite généralement c’est petit dej. Le café après le levé de soleil c’est pas mal. Avant de commencer la journée de travail.

Peux-tu nous parler de l’Australie en tant que destination pour pratiquer la pirogue ? quelles sont les endroits les plus fous ou tu as eu la chance de ramer ?

Ici en Australie, tu trouveras toujours un club pour pratiquer. Donc si tu décides de voyager tu trouveras toujours un endroit pour faire ton sport.

Personnellement j’avais la course de Sydney en tête bien avant de venir ici et pouvoir la faire enfin c’est magique. Le départ et arrivée de Manly (petite plage au nord est de Sydney) afin d’aller chercher une bouée à côté de l’opéra c’est tout simplement dingue. Comme la course de New York tu dois éviter les ferries mais c’est dans le spectacle ça!

J’ai eu la chance de m’entraîner au Vanuatu aussi. Un archipel derrière la Nouvelle Calédonie.

Cette année une nouvelle course fait son arrivée. C’est une course de 45km en relais à la grande barrière de corail début août, hâte d’y participer!

Et si tout va bien avec les frontières australiennes, peut-être un déplacement aux îles Cook pour une semaine de compétitions longues distance et un événement sprint avec le club de Gold Coast. Sous réserve bien sûr de la situations actuelle…

Ton intégration a-t-elle été facile? Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaiterait ramer en Australie ?

Complètement. Ils sont tellement accueillants. On partage la même passion pour ce sport et le fait d’échanger un peu nos expériences c’est extra.

N’hésitez pas à intégrer un club, vous serez les bienvenu(e)s.

Un dernier petit mot ?

Comme dirais mon ami Jean-Xavier Tempez : Ramez, Ramez il en restera toujours quelques chose.

A propos de l’auteur

Thomas Buton

Rameur en pirogue depuis 2010, plusieurs titres de champion de France en individuel et en equipage, 3 participations a l'Hawaiki nui, Thomas possède un beau palmarès en pirogue, et pratique également le Stand Up Paddle. Il vous partage sa passion et vous fait découvrir la pirogue sous toutes ses formes!

To follow Thomas:

  • Facebook Link
  • Instagram Link
Language Preference

You are currently viewing all language content

Show All French Only English Only